Banniere-clefsResMu728-90

Splendeurs de la musique sacrée à Wrocław au XVIIe siècle

À emporter, CD, Musique d'ensemble

17th century sacred music in Wroclaw. Œuvres de Asprilio Pacelli (1570-1623) ; Adam Jarzebski (c.1590-c.1648) ; Mikołaj Zieleński (c.1550-c.1615) ; Biagio Marini (1594-1663) ; Daniel Bollius (c.1590-c.1638) ; Franciszek Lilius (c.1600-c.1657) ; Giovanni Valentini (c.1582-1649) ; Paul Schäffer (c.1680-1645) ; Tobias Zeutschner (1621-1675) ; Marco Scacchi (c.1602-1662) ; Giovanni Legrenzi (1626-1690) ; Crato Bütner (1616-1679) ; Tarquinio Merula (1595-1665) ; Philipp Friedrich Buchner (1614-1669) ; Martin Mayer (c.1650-1712). Ensemble Gli Angeli Genève, Concerto Palatino, Wrocław Baroque Orchestra, direction : Stephan MacLeod. 1 CD Claves. Enregistré en avril 2016 au Forum National de la Musique à Wrocław (Pologne). Livret en polonais, anglais, allemand, français. Durée : 77:54

 

Les Clefs Resmusica

7619931180526_frontcover_grandeConstruit à partir de partitions collectées à Wrocław entre 1608 et 1676, ce programme offre un passionnant panorama de la musique sacrée en Pologne au XVIIe siècle, sous la direction de .

La vie artistique à Wrocław était particulièrement riche dans la première moitié du XVIIe siècle. Sous la dynastie des Vasa, nombreux étaient les musiciens italiens venus faire carrière en Pologne. À Wrocław, autour des principales églises luthériennes, la pratique de la contrafacta était une manière de propager la musique sacrée italienne en réécrivant les textes catholiques latins en allemand, en conformité avec la théologie luthérienne. C’est sous cette forme que l’on entend ici des madrigaux de et . Quant à la musique instrumentale, elle fait aussi la part belle à l’Italie avec Marini, Valentini et Legrenzi. Du côté des compositeurs polonais, ce programme permet quelques belles découvertes, en particulier un extraordinaire motet de , organiste et chantre à Gdansk, et le somptueux Heilig ist der Herre Zebaoth de l’organiste de Wrocław, , qui clôture ce disque.

Pour cet enregistrement, a réuni les forces vives des chanteurs de son ensemble genevois Gli Angeli, de l’Orchestre Baroque de Wrocław et des cornets et cuivres anciens du Concerto Palatino. On ne louera jamais assez l’apport des cornets et des sacqueboutes dans le répertoire de cette époque, auquel ils donnent une couleur incomparable. La pièce la plus ancienne, un introït de , permet d’apprécier la virtuosité de la voix de basse du chef .

Quant au lieu de l’enregistrement, le bel auditorium du Forum National de la Musique, que pourraient envier bien des grandes villes de France, il offre un parfait écrin acoustique à ces musiques chatoyantes.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.