Resmusica Rouge

Facettes poétiques de Debussy en mélodies et musique de chambre

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Claude Debussy (1862-1918) : Mélodies, œuvres pour piano, violon et piano, violoncelle et piano ; Prélude à l’après-midi d’un faune (arrangement pour quintette avec piano par Benoit Menut). Tôn-Thât Tiêt (né en 1933) : Regards dans la brume pour quatuor à cordes et piano (Trois regards sur le Prélude à l’après-midi d’un faune). Maya Villanueva, soprano. Quintette Syntonia. 2 CD Klarthe. Enregistré en janvier 2018. Durée totale : 1:56:03

 

Debussy Tôn-Thât TiêtComme dans un concert composé pour un salon de musique plutôt que pour un récital, des mélodies alternent avec des pièces de musique de chambre de Debussy, nous promenant dans sa poésie, sa modernité et sa diversité. À une transcription pour quintette du Prélude à l’après-midi d’un faune, fait écho une création de , qui lui rend un hommage original.

Dès Nuit d’étoiles, mélodie que Debussy a composée à 18 ans à peine en 1880, on est plongé dans un univers de chatoiement harmonique auquel la voix, à la fois sobre et délicate de donne son charme sans ostentation. Son excellente diction est précieuse pour ce répertoire. La succession de pièces de musique de chambre et de mélodies met en valeur toute sorte d’aspects du style debussyste, réunis par un même élan poétique. Chacune d’entre elles mériterait un commentaire, comme le fait l’excellente notice du CD proposée par Mathieu Ferey. On sent Debussy évoluer dans cette période de passage du XIXe au XXe siècle, à la fois confronté aux grands courants esthétiques de l’époque et menant son chemin très personnel. Ressortent sa distance parfois ironique, ses moments d’humour, mais aussi ses élans passionnés. Bien sûr, quelques Images, bien rendues par le piano de , ou les mélodies des Fêtes galantes sur des poèmes de Verlaine, nous touchent parce qu’elles renvoient à ce qui fait souvent aimer Debussy. Mais Pantomime ou l’épure des Trois poèmes de , comme la Sonate pour violon et piano, avec , précise et expressive, ou encore la très belle Sonate pour violoncelle et piano, que nuance de couleurs parfois sombres, toutes les deux composées pendant la guerre, montrent la diversité de son œuvre.

L’arrangement par , pour quintette avec piano, du célèbre Prélude à l’après-midi d’un Faune permet d’en saisir le romantisme, au-delà de son inspiration symboliste et de sa réputation de musique impressionniste à laquelle contribuent les timbres des vents dans la partition originale. L’absence de flûte, notamment, est forcément un peu frustrante. Ainsi, l’interprétation évoque davantage les moments où le faune « se laisse aller au soleil enivrant » que les « décors successifs à travers lesquels se meuvent ses désirs et ses rêves ».

a composé ses Regards dans la brume à la demande du . Dans cet autre univers musical, où l’on reconnaît quelques échos de Debussy, des moments très contrastés créent une atmosphère qui renvoie elle aussi à l’art mallarméen de l’ellipse et des allusions.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.