Banniere-ClefsResmu-ok

Herreweghe toujours fidèle à Bach

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Cantate BWV 80 « Ein feste Burg ist unser Gott » ; Cantate BWV 4 « Christ lag in Todesbanden » ; Cantate BWV 79 « Gott der Herr ist Sonn und Schild ». Collegium Vocale Gent, direction : Philippe Herreweghe. 1 CD PHI. Enregistré en janvier 2017. Livret quadrilingue (français, anglais, allemand, néerlandais). Durée : 58:53

 

bachreforme_herreweghe-phiC’est avec une régularité exemplaire que livre des enregistrements de cantates sacrées de depuis 1987.

Il y eut la période fructueuse Harmonia Mundi, quelques disques chez Virgin Classics, et depuis 2010 sous son propre label PHI. Avec le cru 2018, Herreweghe propose trois cantates dont deux sont destinées à la Fête de la Réforme, le 31 octobre, commémoration de la Réforme protestante (dont on célébrait en 2017 le 500e anniversaire) : BWV 79 et BWV 80, cette dernière, très célèbre, ayant déjà été enregistrée par Herreweghe chez Harmonia Mundi (1990).

Ces deux cantates et la fameuse cantate BWV 4 en complément datent toutes de la période 1724/1725, la BWV 4, œuvre de jeunesse destinée au premier jour de la fête de Pâques, étant proposée ici dans une version remaniée en doublant les parties vocales avec des trombones et des cornets. Des cantates composées (ou arrangées) alors que Bach est depuis peu Thomaskantor de Leipzig (1723-1750). Celles de la Réforme ont une structure assez comparable et expriment la faiblesse de l’homme par nature, la toute puissance de Dieu, protecteur et sauveur des fidèles et qu’il convient donc de louer. Elles s’appuient sur des chorals luthériens, la BWV 80 reprenant d’ailleurs le plus célèbre cantique de Martin Luther Ein’ feste Burg ist unser Gott (Notre Dieu est une solide forteresse).

Le soin que porte à la réalisation d’ensemble, en particulier un chœur ductile, souple, homogène, lumineux, force à nouveau l’admiration. Les interventions solistes, la soprano Dorothée Mields et le ténor exceptés, sont moins marquantes de notre point de vue dans les récitatifs et arias, mais les quatre sont équilibrés à défaut d’être impérissables.

De belles interprétations soignées, avec du relief, incarnées, à la hauteur des attentes, cherchant peut-être moins l’originalité à tout prix que certaines lectures d’autres interprètes actuels, mais vers lesquelles on revient plus régulièrement avec intérêt et plaisir.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.