À emporter, CD, Musique de chambre et récital

L’Ensemble de vents Ouranos exalte Nielsen, Ligeti et Dvořák

Plus de détails

György Ligeti (1923- 2006) : Six Bagatelles ; Carl Nielsen (1865-1931) : Quintette à vent op. 43 ; Anton Dvořák (1841-1904) : Quatuor à cordes n° 12 op. 96 « Américain » (transcription pour quintette à vent de David Walter). Ensemble Ouranos. 1 CD NoMadMusic. Enregistré au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg en avril 2018. Notice bilingue : français-anglais. Durée : 61:55

 

Les Clefs ResMusica

ouranos_nielsen_ligetiFondé en 2014,  l’, constitué d’anciens élèves du CNSMD de Paris, gravit à grands pas les marches menant à la perfection technique et à la défense inspirée de partitions sublimes. , et sont les bénéficiaires de ces lectures de tout premier plan.

La place de dans l’histoire de la musique est délicate à préciser tant le maître s’engagea dans l’exploration de styles très variés, rendant plus difficile la qualification d’un genre bien délimité. Le Quintette à vent qu’il  composa en 1921-1922 est l’exemple frappant d’un chef-d’œuvre incontestable dont il évita toute répétition, et de plus, il est difficile d’imaginer que cette œuvre soit contemporaine de la Symphonie n° 5. L’œuvre écrite pour flûte, hautbois (cor anglais), clarinette, basson et cor fascine interprètes et auditeurs par sa beauté intrinsèque, sa maîtrise parfaite, son entrain juvénile, sa référence délicate à Mozart dont Nielsen avait entendu les dédicataires jouer la musique. L’Allegro ben moderato initial affiche une fraîcheur communicative, un climat pastoral et pour certains une atmosphère scandinave. Le Menuet central ne dédaigne pas l’humour, l’ironie et les traits comiques. Le Finale noté Tema con variazioni, véritable sommet de l’œuvre, se caractérise par un éclat irrésistible  faisant suite à un sérieux Praeludium (Adagio) où s’exprime le cor anglais. Le thème (Tema) provient d’un choral populaire suivi de onze variations porteuses de la richesse inventive du Danois tant sur le plan de la technique que de la diversité de son inspiration. Un régal.

En 1953, Ligeti composa ses Six Bagatelles qui ne furent créées qu’en 1969 en Suède à partir des Musica Ricercata pour piano. Cette partition ne cache pas l’influence de Bartók (la Cinquième lui est d’ailleurs dédiée) et ne laisse pas encore percer son esthétique future. Néanmoins, l’écoute, très intéressante, affiche la diversité variée et brillante de l’inspiration d’un Ligeti trentenaire.

Le dernier morceau enregistré apporte une énorme satisfaction. En effet, la transcription pour quintette à vent du fameux Quatuor à cordes dit « Américain » d’ dispense une surprise en renouvelant notre écoute de ce chef-d’œuvre riche de tant de beautés. L’ fait montre d’une musicalité inouïe. Elle nous conduit pour finir à statuer : un vœu ? Encore. Oui, encore.

Plus de détails

György Ligeti (1923- 2006) : Six Bagatelles ; Carl Nielsen (1865-1931) : Quintette à vent op. 43 ; Anton Dvořák (1841-1904) : Quatuor à cordes n° 12 op. 96 « Américain » (transcription pour quintette à vent de David Walter). Ensemble Ouranos. 1 CD NoMadMusic. Enregistré au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg en avril 2018. Notice bilingue : français-anglais. Durée : 61:55

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.