Carmen-banniere-728x90

Johannes Moser interprète les concertos de Lutosławski et Dutilleux

À emporter, CD, Musique symphonique

Witold Lutosławski (1913-1994) : Concerto pour violoncelle. Henri Dutilleux (1916-2013) : Concerto pour violoncelle. Johannes Moser, violoncelle ; Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin ; direction : Thomas Søndergård. 1 Hybrid SACD Pentatone. Enregistré à la Haus des Rundfunks à Berlin en septembre 2017 et mars 2018. Textes de présentation en anglais et allemand. Durée : 53:52

 

Moser propose un disque regroupant les concertos de et , composés respectivement en 1970 et 1969, et dédicacés à qui fut le premier à en avoir effectué un enregistrement (dans le même couplage) nous servant toujours de référence.

Pour l’interprétation du Concerto de Lutosławski, nous avons affaire à une lecture relativement pudique, voire contrôlée et, par moments, statique, dans la mesure où les contrastes expressifs (dialogues entre l’instrument solo et l’orchestre) et les climax sont, dans la majorité des cas, un brin dénués de brutalité, sécheresse et sévérité sonores. En outre, ils ne sont pas assez soumis à de brusques changements de nuances et de couleurs – surtout pour ce qui est des interventions des cuivres – auxquels on s’attend pour ces pages et qui seraient susceptibles de créer l’impression d’un ensemble marqué au sceau d’une certaine spontanéité sombre et d’angoisse faisant penser à la terreur soviétique d’autrefois. Malgré cette réserve, convainc par une sonorité chaude, lumineuse et chantante, donnant à cette exécution un cachet à la fois humain et touchant, empreint de douceur et de raffinement.

Pour la composition de Dutilleux, la lecture donnée par Moser et Søndergård semble sculptée dans le marbre : en noir et blanc plutôt que parcourant toute la gamme des demi-teintes intermédiaires et des ambiances. Moins poétique que celle du tandem - chez EMI, moins sensuelle, mais aussi moins âpre que celle de et chez Virgin Classics, elle est également moins imprégnée de mystère et de dramaturgie. On en apprécie toutefois la discipline rythmique et la précision, tout autant que la virtuosité et la profondeur musicale du soliste.

Bien que ce ne soit pas le sommet de la discographie, voici une gravure intéressante et honnête, respectant l’esprit de ces partitions et offrant une prise de son spacieuse et équilibrée.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.