Banniere-ClefsResmu-ok

Le Concentus Musicus de Vienne achève l’Inachevée

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Franz Schubert (1797-1828) : Schubert Finished, Lieder orchestrés par Johannes Brahms et Anton Webern : Memnon D 541; Geheimes D 719 ; Gruppen aus dem Tartarus D. 583, J. Brahms ; Tränenregen (Die Schöne Müllerin D 795 N° 10) ; Der Wegweiser (Winterreise D 911 N° 20) ; Ihr Bild (Schwanengesang D. 957 N° 9) ; Du bist die Ruh D. 776, A. Webern ; Symphonie N° 7 en si mineur « (In)achevée » D. 759. Florian Boesch, baryton-basse. Thomas Fhedoroff, Konzertmeister. Concentus Musicus Wien, direction : Stefan Gottfried. 1 CD Aparté. Enregistré dans la grande salle du Musikverein de Vienne les 27 et 28 avril 2018. Notice en allemand, français et anglais. Durée totale : 66:24

 

schubert unfinished viennePour son premier disque, après la disparition de son fondateur , le fameux Concentus Musicus de Vienne, désormais dirigé par le pianiste , qui fut son assistant, se penche de façon originale sur des œuvres de Schubert.

était quelque part le compositeur préféré de bien qu’il n’ait abordé son répertoire symphonique que sur le tard avec les Wiener Symphoniker (1985), puis le Concertgebouw d’Amsterdam (1992) et le Philharmonique de Berlin (2003-2006), mais jamais avec son Concentus Musicus. Il aurait sans doute aimé le faire comme il n’a pu qu’ébaucher un cycle Beethoven (Symphonies n° 4 & 5 ; Missa Solemnis) avant que la maladie ne l’affaiblisse et que la mort ne l’emporte.

Ce disque profondément viennois commence par sept lieder orchestrés par Webern et Brahms, chantés par , qui est l’un des grands Liedersänger actuels. Webern par le Concentus Musicus, voilà qui est étonnant, mais cela fonctionne parfaitement avec des orchestrations tout en douceur. Les accents sotto voce de , extrêmement nuancés et naturels, fusionnent avec l’orchestre dont on apprécie la couleur des bois. Mélancoliques pour Brahms quand celles de Webern soulignent couleurs et timbres, ces orchestrations sonnent parfaitement viennois. Comme l’explique dans son texte de présentation, n’oublions pas que Brahms les composa pour son ami le chanteur Julius Stockhausen, qui joua un rôle fondamental dans la diffusion des œuvres de Schubert. Il fut le premier à chanter en concert des cycles entiers de lieder, souvent accompagné par Brahms lui-même au piano.

La controverse durera encore longtemps pour savoir s’il faut finir ou non la Symphonie Inachevée de Schubert. Beaucoup considèrent les deux mouvements initiaux comme parfaitement équilibrés et l’on sait que Schubert a laissé nombre de pièces inachevées tant pour le piano, le quatuor à cordes que l’orchestre. Stefan Gottfried plaide que Schubert a esquissé un scherzo presque complet, en partie orchestré et dans la musique de scène de Rosamunde, quasi contemporaine, apparaît un vaste mouvement également en si mineur, qui présente certaines parentés mélodiques avec la symphonie. Il a choisi d’intégrer ce sherzo, complété et orchestré par et en 2015, ainsi que le premier entracte de Rosamunde, également utilisé comme ouverture pour La Harpe enchantée d’Hoffmann.

Les habitudes d’écoute en sont naturellement dérangées et le scherzo, vif, intense et plein de contraste, peut sembler appartenir à un autre mode expressif, tandis que l’on connaît l’entracte de Rosamunde dans un autre contexte. Il n’empêche que Stefan Gottfried propose un ensemble d’une belle cohérence, donnant une unité à ces éléments souvent épars. Son interprétation d’une grande poésie nuance à plaisir les tempos et les phrasés. On retrouve avec bonheur le relief rythmique, la clarté des voix, la tension dramatique des crescendos, ainsi que les accents des cuivres et des timbales propres au Concentus Musicus. Le suspense et le mystère de la Symphonie en si mineur, qui devient au passage n° 7 et non plus 8, ne sont en rien altérés par cette tentative d’achèvement plutôt réussie. Stefan Gottfried et ses musiciens assument pleinement l’héritage de Nikolaus Harnoncourt, grâce leur en soit rendue.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
  • Michel LONCIN

    « Achèvement » tout à fait probant (l’éloquence du Scherzo annonce directement le « premier » Bruckner !) … C’est pourquoi il s’agirait d’ENFIN se départir de toute prévention à l’égard de ces « achèvements » (ainsi du Finale de la 9ème Symphonie de Bruckner !) … S’agissant de la numérotation adoptée, il convient de la dénoncer et de dire, d’apprendre ou de rappeler que la VRAIE Symphonie n° 7 en Mi Majeur (même tonalité que la 7ème symphonie de Bruckner, soit dit en passant) EXISTE en tant qu’ayant été ENTIEREMENT composée par Schubert (elle comporte 1340 mesures dont 110 seulement ont été orchestrée) !!! Trois orchestrations ont été proposées, dont la plus récente, celle de Brian Newbould, date de 1978 …
    En conclusion, la Symphonie « Inachevée » est bien la 8ème Symphonie en si mineur de Schubert !!!

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.