bandeau RES MUSICA

Jordi Savall propose une Passion selon saint Marc sans passion

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Johann Sebastian Bach : Passion selon saint Marc BWV 247 (1744). Dávid Szigetvári, évangeliste ; Marta Mathéu, soprano ; Raffaele Pé, contre-ténor ; Reinoud Van Mechelen, ténor ; Konstantin Wolff, basse. Veus – Cor infantil Amics de la Unio. La capella reial de Catalunya ; Le Concert des nations, direction : Jordi Savall. 2 SACDs AliaVox. Enregistré en concert par Manuel Mohino le 26 mars 2018 en la chapelle royale du château de Versailles. Livret multilingue en français, anglais, espagnol, catalan, allemand, italien. Durée totale : 110:32

 

bach_savall_markus_aliavoxReconstituer une Passion de Bach à jamais perdue n’est pas simple, quand il ne reste plus que le texte, pourtant miraculeusement conservé. C’est à cette tâche ardue que s’est attelé et ses musiciens. Que peut nous apporter une telle restitution ?

La musicologie rapporte que Bach aurait écrit cinq passions. Le nombre de quatre parait plus plausible, sachant que la Passion selon saint Luc dont on possède une partie manuscrite de la main de Bach serait en fait la copie d’une passion anonyme. Quant à la Passion selon saint Marc, dont la musique est absente, il n’en reste plus que le livret de Picander. Le précieux document restant apporte des indications sur l’ampleur de l’œuvre, son déroulement avec le pourcentage exact de chœurs, de chorals, d’arias et de récitatifs. Comparée aux deux passions connues, la « Saint-Marc » répartit autrement en quantité ces différents composants : davantage de chorals, au détriment des grands chœurs et des interventions sporadiques de la foule (turbae). Grâce à des recherches musicologiques assez poussées, on s’est aperçu que ce texte pouvait se calquer assez facilement sur une œuvre connue, l’Ode funèbre BWV 198. Cette cantate avait été composée par Bach en hommage funèbre à la princesse Christine Erberhardine, reine de Pologne et de Saxe. Ce sont les recherches et reconstructions diverses d’Alexander Grychtolik qui ont conduit , après une révision globale de l’ensemble, à proposer la présente version.

Bach a souvent réutilisé des pièces musicales pour de nouvelles œuvres, souvent par manque de temps durant la période de Leipzig, suivant un principe bien connu, celui de la parodie : de nouvelles paroles (ici celles du livret d’une Passion selon saint Marc) sur d’anciennes musiques. Tout est ici réorganisé à partir d’extraits de Bach puisés dans l’Ode funèbre, les deux passions existantes, des cantates et des chorals. Il en va de même pour certains récitatifs, sauf ceux manquant à l’action et imaginés par Grychtolik.

Pour un connaisseur habitué à la musique de Bach, il n’y a rien de bien nouveau à l’écoute de cette reconstitution. Même si Bach semble avoir utilisé le principe de la parodie décrit plus haut, aucun chœur ou air inédits ne vient apporter de surprise ou d’heureuse découverte. Le choix d’un chœur catalan constitué de voix d’enfants pour les voix hautes (Veus-Cor infantil amics de la unio) et de voix basses (Capella reial de Catalunya) apporte une couleur inhabituelle par des timbres très méridionaux et rustiques sur les différents registres. Les voix solistes, pour les récitatifs et les airs, semblent directement tirés du chœur, ce qui restreint leur impact et leur portée. Les membres de l’orchestre du Concert des Nations sont comme à l’habitude, solides et inspirés.

L’acoustique de la chapelle royale de Versailles et la prise de son toujours très soignée de Manuel Mohino sont un ferment propice aux thèses personnelles et philosophiques de Jordi Savall, sur lesquelles repose essentiellement cette interprétation surprenante.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.