À emporter, Actus Prod, CD, Musique de chambre et récital

Coffret Erato d’hommage au Bach de Scott Ross

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Partitas BWV 825-830 ; Concerto italien en fa majeur BWV 971 ; Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur BWV 903 ; Ouverture française BWV 831 ; Duos BWV 802-805 ; Choral-Partita sur « Je vous salue, Jésus » en sol mineur BWV 768 ; Choral « Je ne vais pas me séparer de Dieu » en fa mineur BWV 658 ; Toccata et fugue en mi majeur BWV 566 ; Messe pour orgue « Kyrie, Dieu le Père pour l’éternité » en ut mineur BWV 669 ; Préludes de choral BWV 665, 666, 670, 671, 675, 677-679, 681, 682, 685, 711 ; Prélude et fugue en sol mineur BWV 535 ; Fantaisie en sol majeur BWV 572 ; Sonate en trio n° 4 en mi mineur BWV 528 ; Toccata et fugue « Dorienne » en ré mineur BWV 538 ; Variations Goldberg BWV 988 (2 enregistrements : public et studio) ; Le Clavier bien tempéré, livres n° 1 et 2 ; Suite anglaise n° 3 en sol mineur BWV 808 ; Toccatas BWV 912, 914, 916 ; Prélude, fugue et allegro en mi bémol majeur BWV 998 ; Concerto n° 5 en fa mineur BWV 1056 ; Concerto brandebourgeois n° 6 en si bémol majeur BWV 1051 dans la transcription de Kenneth Gilbert pour deux clavecins. Scott Ross, clavecins et orgues ; Huguette Grémy-Chauliac, clavecin (BWV 1051) ; Ensemble Mosaïques ; direction : Christophe Coin (BWV 1056). 11 CD Erato. Enregistrés en concert et en studio entre 1979 et 1988. Textes de présentation en français, anglais et allemand. Durée totale : 12:46:10

 

Les Clefs du mois

Scott Ross_orgue était l’un de ces instrumentistes qui par leur profonde musicalité et imagination, ont révolutionné notre regard sur les œuvres qu’ils jouaient. Pour le 30e anniversaire de la trop précoce disparition du roi des clavecinistes, le label Erato nous restitue la plupart de ses enregistrements dédiés à , remasterisés pour l’occasion par le studio Art & Son.

Des réalisations discographiques bien connues des mélomanes avoisinent ici des gravures méconnues, voire inédites. Le toucher aussi poétique que précis de se fait entendre déjà sur le premier CD, dans les Partitas. Lors de l’écoute, on comprend tout de suite en quoi consiste le génie interprétatif du musicien : une parfaite maîtrise du tempo lui permettant de faire chanter un clavecin, dont pourtant l’étendue dynamique est soumise à des dispositions constructives imparfaites par rapport à celles d’un clavicorde ou d’un piano-forte. Il en résulte des Bach alliant une transparence des textures intelligemment réfléchie à une sorte de spontanéité. Or, cette insuffisance de l’instrument dont Scott Ross se sert ne lui coupe pas les ailes ; bien au contraire : elle le stimule à chercher le maximum d’élégance.

Ce coffret comporte quelques jalons de l’histoire de la phonographie qui, ces dernières décennies, n’ont pas pris une ride. Parmi ces références, on comptera lesdites Partitas, de même que le Concerto italien en fa majeur BWV 971, la Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur BWV 903 et l’Ouverture française BWV 831. Bien que les deux interprétations des Variations Goldberg BWV 988 que nous laissa Scott Ross ne soient pas nos préférées, nous y reconnaissons cette recherche du détail et cette finition soigneuse des phrasés dont témoignent ses plus grandes prestations.

Une vraie surprise nous parvient avec l’enregistrement intégral des deux livres du Clavier bien tempéré, effectué en 1980 à Montréal pour la Société Radio-Canada, pour lequel Scott Ross fait preuve d’une virtuosité aussi discrète que délicieuse. Son jeu se conjugue à une force évocatrice qui tient de petits miracles dans les préludes et fugues d’ornements qui, sous ses doigts, non seulement embellissent sa lecture, mais avant tout semblent contribuer à évoquer toute une palette des états d’âme que le Cantor de Leipzig renferma dans ces minuscules chefs-d’œuvre.

D’autres surprises nous viennent avec le disque n° 11, regroupant diverses raretés discographiques gravées en concerts publics et déterrées des archives de la Radiotélévision suisse RTS et de l’INA : la Suite anglaise n° 3 en sol mineur BWV 808, les Toccatas BWV 912, 914 et 916, le Prélude, fugue et allegro en mi bémol majeur BWV 998, le Concerto n° 5 en fa mineur BWV 1056, ainsi que le Concerto brandebourgeois n° 6 en si bémol majeur BWV 1051 dans la transcription de pour deux clavecins. Le moment particulièrement émouvant est celui où Scott Ross interprète cette dernière composition en compagnie d’Huguette Grémy-Chauliac auprès de laquelle il suivit l’enseignement au Conservatoire de Nice. Si, dans le Concerto n° 5 en fa mineur BWV 1056, Scott Ross et l’Ensemble Mosaïques dirigé par nous présentent un Bach baigné de lumière, mais un brin précipité dans l’Allegro initial, c’est dans le mouvement central qu’ils nous saisissent par la variété des couleurs et le raffinement du dialogue entre la partie soliste et l’accompagnement orchestral.

À l’orgue (les disques n° 4 et 5, gravures de 1979, 1981 et 1982, publiées par Erato avec l’aimable autorisation de la même Société Radio-Canada), Scott Ross anime quelques instruments québécois. Sous ses doigts et sous ses pieds, chaque note trouve sa juste place dans ce chant qui nous fascine autant par l’ardeur et la régularité du pouls que par la simplicité et la délicatesse, voire l’intimité du geste.

Voici une parution qui constitue un ajout important à l’héritage discographique de Scott Ross, et dont ne devraient pas se passer ni ses fans, ni les amateurs passionnés de l’œuvre de .

Plus de détails

Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Partitas BWV 825-830 ; Concerto italien en fa majeur BWV 971 ; Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur BWV 903 ; Ouverture française BWV 831 ; Duos BWV 802-805 ; Choral-Partita sur « Je vous salue, Jésus » en sol mineur BWV 768 ; Choral « Je ne vais pas me séparer de Dieu » en fa mineur BWV 658 ; Toccata et fugue en mi majeur BWV 566 ; Messe pour orgue « Kyrie, Dieu le Père pour l’éternité » en ut mineur BWV 669 ; Préludes de choral BWV 665, 666, 670, 671, 675, 677-679, 681, 682, 685, 711 ; Prélude et fugue en sol mineur BWV 535 ; Fantaisie en sol majeur BWV 572 ; Sonate en trio n° 4 en mi mineur BWV 528 ; Toccata et fugue « Dorienne » en ré mineur BWV 538 ; Variations Goldberg BWV 988 (2 enregistrements : public et studio) ; Le Clavier bien tempéré, livres n° 1 et 2 ; Suite anglaise n° 3 en sol mineur BWV 808 ; Toccatas BWV 912, 914, 916 ; Prélude, fugue et allegro en mi bémol majeur BWV 998 ; Concerto n° 5 en fa mineur BWV 1056 ; Concerto brandebourgeois n° 6 en si bémol majeur BWV 1051 dans la transcription de Kenneth Gilbert pour deux clavecins. Scott Ross, clavecins et orgues ; Huguette Grémy-Chauliac, clavecin (BWV 1051) ; Ensemble Mosaïques ; direction : Christophe Coin (BWV 1056). 11 CD Erato. Enregistrés en concert et en studio entre 1979 et 1988. Textes de présentation en français, anglais et allemand. Durée totale : 12:46:10

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.