À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Tom Winpenny poursuit son intégrale Messiaen à l’orgue de Reykjavik

Plus de détails

Olivier Messiaen (1908-1992) : Méditations sur le Mystère de la Sainte Trinité. Tom Winpenny à l’orgue Johannes Klais (1992) de la Hallgrimskirkja de Reykjavik (Islande). 1 CD Naxos. Enregistré en mai 2018. Durée totale : 74:30

 

Déjà remarqué lors de précédents cycles d’orgue d’, aborde avec panache cette œuvre tardive sur l’un des plus beaux instruments modernes de la planète : le grand 4 claviers de 72 jeux de la cathédrale de Reykjavik. 

Messiaen_Méditations sur le mystère de la Sainte Trinité_Winpenny_NaxosLes Méditations sur le Mystère de la Sainte Trinité ont été composées par en 1969. Il s’agit de l’avant dernier cycle avant Le Livre du Saint Sacrement écrit en 1984. Ces deux dernières œuvres ne sont pas habituellement présentes dans les intégrales, a fortiori dans celles datant d’avant leur création. L’intégrale de référence proposée par Louis Thiry à Genève en 1972 ne contient pas en effet ces derniers textes de Messiaen.

Les Méditations prennent leur origine dans diverses improvisations du maître réalisées lors de la restauration de l’orgue de l’église de la Trinité à Paris en 1967 où Messiaen était titulaire. Cet orgue construit par Cavaillé-Coll offrait une palette romantico-symphonique que le compositeur souhaita faire évoluer par quelques rajouts propres à leur temps, avec une électrification de l’ensemble des claviers et tirages de jeux. Cela permettait pour sa musique une plus grande souplesse d’utilisation et de nouveaux mélanges parfois insolites et inédits.

Neuf pièces composent ce cycle en évoquant tour à tour la Trinité (Père, Fils et Esprit saint), les attributs divins et des définitions de Dieu. Il y a peu de différenciations d’une pièce à l’autre, l’auteur employant largement des procédés de composition déjà utilisés par le passé. On perçoit cependant clairement les climats que « l’instrument orgue » porte de manière idéale.

Continuant sa propre intégrale, a choisi le monumental instrument de la cathédrale de Reykjavik en Islande. Construit par la maison Klais en 1992, il est l’un des plus beaux orgues modernes du monde, avec ses 72 jeux projetés dans une immense nef à l’acoustique généreuse. Une prise de son très sophistiquée le restitue dans toute sa splendeur, notamment dans les fréquences graves puissantes et transperçantes.

Tom Winpenny est organiste à l’abbaye de Saint-Albans en Angleterre et se rapproche souvent des meilleures tribunes à l’église Saint-Paul de Londres ou au King’s College de Cambridge. Messiaen fait partie de son répertoire de prédilection, qu’il interprète avec beaucoup de justesse et de compréhension. Sa vision est apollinienne, respectant à la lettre les indications de l’auteur, en particulier dans la complexité des rythmes et des différentes couleurs timbriques. De sorte qu’un certain côté plus poétique de ces évocations musicales manque parfois, en particulier dans les passages planants, chers à Messiaen. La huitième méditation « Dieu est simple » se termine par une mélodie évoquant quelque chant grégorien imaginaire que vient magiquement interrompre le chant du bruant jaune et ses notes répétées apportant un climat unique que d’autres versions ont su montrer, comme celle de Jacques Bétoulières (Coriolan).

Au sein d’une intégrale en cours très recommandable, l’auditeur reste saisi par cet enregistrement puissant et généreux, dont la dynamique impressionnante nous fait entrer de plein fouet dans ces méditations contrastées.

Plus de détails

Olivier Messiaen (1908-1992) : Méditations sur le Mystère de la Sainte Trinité. Tom Winpenny à l’orgue Johannes Klais (1992) de la Hallgrimskirkja de Reykjavik (Islande). 1 CD Naxos. Enregistré en mai 2018. Durée totale : 74:30

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.