À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Le temps, mode d’emploi par Philippe Manoury

Plus de détails

Philippe Manoury (né en 1952) : Le temps, mode d’emploi. Andreas Grau et Götz Schumacher, piano. José Miguel Fernandez & Dominik Kleinnecht, réalisation en informatique musicale (SWR Experimentalstudio). 1 CD Neos. Enregistré en février 2016 au SWR Schlosbergsaal Freiburg. Durée : 58:16

 

enregistre Le temps, mode d’emploi (2014) pour piano et électronique en temps réel, en hommage au roman de Georges Perec La vie, mode d’emploi. Un parcours intéressant dans le temps musical.

Philippe Manoury_NEOSIl faut écouter Le temps mode d’emploi d’une traite pour en apprécier l’expérience, qui sans cela paraîtra austère. Labyrinthe narratif et tentative d’épuisement du réel chez Perec, labyrinthe musical et exploration du temps chez Manoury : les jeux formels des deux artistes ont en commun de révéler peu à peu leur portée poétique. Mais, loin des récits ludiques de Perec, le ton est ici noir, tellurique, oscillant généralement entre violents éclats et lente pulsation.

Huit sections alternent des séquences violentes ou déchaînées (les notes sont répétées rapidement sur une mélodie ascendante) avec des séquences de contemplation, ponctuées dans les graves. Des accords, tels des points d’orgue, forment des points d’apaisement, des pauses. La fresque musicale de près d’une heure voit la musique s’éteindre doucement, progressivement dans la dernière section. Deux pianos, joués pour la création et l’enregistrement par le GrauSchumacher duo ( et ), sont entourés de quatre pianos virtuels qui synthétisent, traitent et spatialisent le son, dans le studio expérimental de la Südwestrundfunk. La transformation et la spatialisation du son frappent d’abord l’auditeur qui perçoit des timbres de cloches (très belle quatrième section toute en glissandi) à des degrés différents de proximité. À cela s’ajoutent aussi des éventuelles interventions des pianistes sur les cordes.

Mais plus encore que les prouesses acoustiques, le cœur de l’œuvre réside dans une nouvelle exploration de la musique en temps réel, celle qui se crée au moment et en fonction de l’interprétation. Objet de fascination et d’étude depuis la création de Pluton à l’IRCAM (1988-1989, également pour piano et électronique), elle ouvre toujours des perspectives à . Ici, le programme utilise une chaîne de probabilité (chaîne de Markov), qui fait se répéter une note (comme dans la première section), éventuellement évoluer vers une autre puis revenir, jusqu’à ce que le programme semble se scléroser, pour devenir de simples point sonores dans les graves (deuxième section). Quatre plans sonores virtuels jouent ainsi en parallèle, fond sonore chaotique sur lequel vient se placer le jeu des interprètes. Ces derniers sont en effet « dans la situation d’un promeneur surpris par l’orage : s’il sait que la foudre va tomber, il ne peut prévoir ni où ni quand » dit dans un entretien. La matière est donc dense, souvent inextricable et donne une impression de relief ou de profondeur, renforcée par les effets de la spatialisation. Les motifs temporels surgissent, se cachent, resurgissent d’une section à l’autre, laissant une impression de continuité dans l’œuvre.

Si l’enregistrement semble bien traduire le travail acoustique, nous pouvons regretter un livret un peu conventionnel et peu fourni pour un type d’œuvre dont la partie laboratoire peut intéresser l’auditeur.

Plus de détails

Philippe Manoury (né en 1952) : Le temps, mode d’emploi. Andreas Grau et Götz Schumacher, piano. José Miguel Fernandez & Dominik Kleinnecht, réalisation en informatique musicale (SWR Experimentalstudio). 1 CD Neos. Enregistré en février 2016 au SWR Schlosbergsaal Freiburg. Durée : 58:16

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.