Concerts, La Scène, Musique symphonique

Bomsori Kim et Sascha Goetzel dans un programme Brahms et Beethoven

Plus de détails

Łódź. Philharmonie de Łódź. 21-II-2020. Johannes Brahms (1833-1897) : Concerto pour violon en ré majeur op. 77. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : La Consécration de la maison ; Symphonie n° 8 en fa majeur op. 93. Bomsori Kim, violon Joannes Baptista Guadagnini (1774) ; Orchestre symphonique de la Philharmonie de Łódź ; direction : Sascha Goetzel

À Łódź, et impressionnent et surprennent dans un programme composé d’œuvres de et de .

bomsori kim_lodz
La soirée commence avec le Concerto pour violon en ré majeur op. 77 de Brahms. , souriante, s’en empare avec enthousiasme, chaleur et délicatesse. Une élégance un brin introvertie, qui comme dans son album DG, subjugue par la beauté de son legato, soulignant l’aspect lyrique de certains passages. Dans les moments plus agités, la violoniste change radicalement d’ambiance par sa lecture pleine de bravoure. Son jeu d’archet captive par sa sonorité noble et riche en harmoniques dans le registre grave. Dans la cadence de  précédant la clôture du premier mouvement, elle surprend par sa spontanéité qui se traduit par une accélération instantanée du tempo, faisant penser à une improvisation. Si l’Adagio révèle, sous ses doigts, une cantilène plaintive, le finale est en revanche une explosion de joie, où l’ardeur du violon reste en harmonie avec l’ampleur et la majesté du geste de . Pour bis, la soliste interprète le dernier mouvement de la Sonate n° 4 op. 27 d’, impressionnante par sa légèreté qui, conjuguée à la régularité du pouls, évoque une sorte d’un perpetuum mobile.

Après l’entracte, La Consécration de la maison de , puis sa Symphonie n° 8 occupent toute la deuxième partie. Pour cette première page – une ouverture composée en 1822 – Sascha Goetzel met en valeur la transparence des textures qui s’accompagne d’une gamme de nuances habilement contrôlée, sans faire montre toutefois d’une virtuosité audacieuse. Pour la Symphonie n° 8, sa lecture combine le sérieux et des éléments humoristiques. D’une part, Goetzel accorde de l’importance à la cohérence et à la continuité du fil narratif ; d’autre part, il fait preuve d’une approche analytique, nous laissant entendre des détails raffinés qu’il réussit à obtenir par une palette de couleurs relativement développée, par la variété des articulations, comme par sa précision rythmique, renvoyant aux interprétations historiquement informées. Avec cette exécution pleine d’allant, nous avons affaire à un Beethoven dont la tenue rappelle celle d’un Haydn de ses meilleures symphonies.

Ce soir, pour notre plus grand bonheurSascha Goetzel a réussi à exploiter tout le potentiel de la phalange de la ville de Łódź.

Crédit photographique : © Dariusz Kulesza

Plus de détails

Łódź. Philharmonie de Łódź. 21-II-2020. Johannes Brahms (1833-1897) : Concerto pour violon en ré majeur op. 77. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : La Consécration de la maison ; Symphonie n° 8 en fa majeur op. 93. Bomsori Kim, violon Joannes Baptista Guadagnini (1774) ; Orchestre symphonique de la Philharmonie de Łódź ; direction : Sascha Goetzel

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.