À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Premier volet d’une intégrale de sonates polonaises pour violon par Bartek Nizioł

Plus de détails

Witold Friemann (1889-1977) : Sonate pour violon et piano n° 1 op. 15 ; Sonate pour violon et piano n° 2 op. 125. Sebastian Perłowski (né en 1980) : Sonate pour violon et piano op. 4. Zygmunt Noskowski (1846-1909) : Sonate pour violon et piano en la mineur. Feliks Konopasek (1860-1930) : Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur. Ignacy Jan Paderewski (1860-1941) : Sonate pour violon et piano en la mineur op. 13. Władysław Żeleński (1837-1921) : Sonate pour violon et piano en fa majeur op. 30. Feliks Nowowiejski (1877-1946) : Légende pour violon et piano op. 32. Bartek Nizioł, violon Guarneri del Gesù de 1727 ; Michał Francuz, piano Steinway & Sons. 3 CD Kameny. Enregistrés en septembre et décembre 2018 dans la salle de concert de l’Académie de musique Karol Szymanowski de Katowice (Pologne). Livret en polonais. Durée totale : 2 heures 59 minutes

 

Le label Kameny a entrepris d’éditer une intégrale de musique polonaise pour violon et piano, en trois volumes. Ce premier volet offre un florilège d’œuvres signées Żeleński, Noskowski, Konopasek, Paderewski, Nowowiejski, Friemann et Perłowski, défendues par le violoniste et le pianiste .

Bartek Nizioł_Michał Francuz_KamenyUn monde à découvrir s’ouvre à nous et l’entreprise est audacieuse. Présenter au public ce que la Pologne a produit en matière de musique de chambre pour le duo violon-piano est une première. Le cœur de l’album présente des pages écrites souvent à la charnière des XIXe et XXe siècles. Pas moins de sept compositeurs composent ce premier volet de trois disques. Certains sont connus comme Paderewski, Żeleński, Noskowski ou Nowowiejski, grâce à des enregistrements antérieurs, notamment réalisés par le célèbre violoniste polonais Henryk Szeryng. Il présentait, en effet en 1961, la Sonate pour violon et piano en la mineur op. 13 d’, une musique romantique et lyrique. Le discours est virtuose et altier. On retrouvera volontiers ces qualités d’interprétation dans cette nouvelle version, maîtrisée et inspirée par l’âme polonaise. Les compositeurs moins connus sont autant de belles découvertes.

L’éditeur a choisi des interprètes de talent. est né en Pologne en 1974, il mène une carrière internationale remarquée, à maintes reprises, dans nos colonnes mais trop discrète. Artiste de très haut niveau, il a remporté en 1993 le premier prix du Concours international Marguerite-Long-Jacques-Thibaud. À ses côtés, le pianiste , né en 1980, est un partenaire convaincant.

Les deux sonates de Witold Friemann empruntent avec grâce divers thèmes et rythmes de danses propres à la Pologne. La première offre des variations suivies d’un Presto alla mazurka. On reste également subjugué par le discours encore très romantique de la Légende op. 32 de Nowowiejski, une pièce en un seul mouvement. Cependant, la plupart de ces œuvres sont des sonates de forme classique en trois ou quatre mouvements, dont le discours s’écarte résolument de tout avant-gardisme. On retrouvera l’attachement au romantisme slave dans deux autres sonates, celle de Żeleński, composée à Varsovie pour une élève de Chopin, la duchesse Marcelina Czartoryska née Radziwiłł qui avait ouvert un salon de musique à Varsovie, et celle de Noskowski, qui après un long séjour à Berlin conserva diverses inspirations liées à l’Allemagne, pour la plupart beethovéniennes. Le final Prestissimo de sa sonate évoque la danse, une tarentelle « à perdre haleine », où excelle l’art du contrepoint. Écrites à la fin du XIXe siècle, ces pièces demeurent souvent nostalgiques d’un temps passé où le registre grave du violon et son vibrato parfois douloureux touche l’âme au plus profond. Il faut noter également la prestation du pianiste Michał Francuz, partenaire idéal à l’écoute de toutes les nuances du soliste et bâtisseur d’une orchestration à part entière, dense et souvent virtuose.

Il est dommage que le mince et succinct livret, en polonais uniquement, n’aide pas vraiment l’approche de ces œuvres. Quoiqu’il en soit, ce coffret, à écouter en entier sur le site sonaty.pl, comble un vide dans la discographie de la musique de chambre polonaise aux XIXet XXe siècles, la suite de ce projet est donc attendue avec intérêt.

Plus de détails

Witold Friemann (1889-1977) : Sonate pour violon et piano n° 1 op. 15 ; Sonate pour violon et piano n° 2 op. 125. Sebastian Perłowski (né en 1980) : Sonate pour violon et piano op. 4. Zygmunt Noskowski (1846-1909) : Sonate pour violon et piano en la mineur. Feliks Konopasek (1860-1930) : Sonate pour violon et piano en fa dièse mineur. Ignacy Jan Paderewski (1860-1941) : Sonate pour violon et piano en la mineur op. 13. Władysław Żeleński (1837-1921) : Sonate pour violon et piano en fa majeur op. 30. Feliks Nowowiejski (1877-1946) : Légende pour violon et piano op. 32. Bartek Nizioł, violon Guarneri del Gesù de 1727 ; Michał Francuz, piano Steinway & Sons. 3 CD Kameny. Enregistrés en septembre et décembre 2018 dans la salle de concert de l’Académie de musique Karol Szymanowski de Katowice (Pologne). Livret en polonais. Durée totale : 2 heures 59 minutes

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.