À emporter, Audio, Musique d'ensemble

Gravité et magnificence des musiques funèbres espagnoles

Plus de détails

Requiem pour les funérailles royales espagnoles. Œuvres de Tomás Luis de Victoria (c.1548-1611), Manuel Correa (1600-1653), Francisco Guerrero (1528-1599), Miguel Juan Marquès (16?-16?), Alonso Lobo (c.1555-1617), Mateo Romero (c. 1575-1647), Carlos Patiño (1600-1675). La Maîtrise de Toulouse ; Les Sacqueboutiers ; direction : Mark Opstad. 1 CD Regent. Enregistré à Toulouse en mai/juin 2019. Livret français/anglais. Durée : 61:34

 

Directeur de la , a élaboré un projet réunissant les voix d’enfants et les cuivres anciens, pour un programme de musiques funèbres autour du Requiem de . Il a fait appel aux Sacqueboutiers de Toulouse pour souligner le faste des pompes funèbres royales.

La Maîtrise de Toulouse_Les Sacqueboutiers_Mark Opstad_Regent REGCD551Le couvent des Déchaussées royales de Madrid a accueilli dans les dernières années du XVIᵉ siècle de nombreuses princesses de la famille impériale et sa chapelle musicale était, au tournant du XVIIᵉ siècle, une des plus importante de toute l’Espagne. C’est là que Victoria finit sa carrière comme organiste et maître de chapelle à son retour de Rome en 1585, et qu’il écrit en 1605 son célèbre Requiem à l’occasion des obsèques de Marie d’Autriche. Dans un texte très instructif, nous rappelle que la pompe funèbre à la cour espagnole mettait en scène un véritable théâtre sacré dont « l’ostentation austère » était compensée par les fastes de son exécution. Ce sont ces fastes que les interprètes ont choisi d’évoquer en doublant certaines parties vocales par les instrumentistes à vent des Sacqueboutiers. Les motets funèbres qui entourent ici la messe de Requiem sont choisis parmi le répertoire espagnol de la première moitié du XVIIᵉ siècle et permettent d’apprécier l’évolution de la polyphonie traditionnelle vers une écriture influencée par la polychoralité italienne.

La polyphonie à six voix de Victoria et de ses contemporains est aussi savante que sévère. Que les voix supérieures soient ici confiées à des enfants est conforme à ce qu’était la règle à l’époque dans les cathédrales de la chrétienté, et donne une couleur particulière à cette admirable polyphonie. Sous l’impulsion de , formé à Oxford, la a atteint un niveau d’excellence propre à rendre au mieux les subtilités de ces musiques. À l’impression planante que procurent les pièces de Victoria, Guerrero et Alonso Lobo, s’oppose la polychoralité plus expressive de Marquès et Patiño, compositeurs plus tardifs. L’intervention des cornets et des sacqueboutes vient donner des touches de couleurs bienvenues à des polyphonies vocales parfois trop éthérées. On aurait souhaité que ces doublures soient plus fréquentes pour donner encore plus de lumière à une interprétation en demi-teinte.

Plus de détails

Requiem pour les funérailles royales espagnoles. Œuvres de Tomás Luis de Victoria (c.1548-1611), Manuel Correa (1600-1653), Francisco Guerrero (1528-1599), Miguel Juan Marquès (16?-16?), Alonso Lobo (c.1555-1617), Mateo Romero (c. 1575-1647), Carlos Patiño (1600-1675). La Maîtrise de Toulouse ; Les Sacqueboutiers ; direction : Mark Opstad. 1 CD Regent. Enregistré à Toulouse en mai/juin 2019. Livret français/anglais. Durée : 61:34

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.