À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Trois chefs-d’œuvre croates pour quatuor à cordes

Plus de détails

Božidar Kunc (1903-1964) : Quatuor à cordes en fa majeur op. 14. Fran Lhotka (1883-1962) : Élégie et scherzo. Josip Štolcer-Slavenski (1896-1955) : Quatuor à cordes n° 4. Sebastian String Quartet : Anđelko Krpan, 1er violon ; Teodora Sucala Matei, 2e violon ; Nebojša Floreani, alto ; Zlatko Rucner, violoncelle. 1 CD CPO. Enregistré en juin 2018 en l’église Notre-Dame des Douleurs, Kostanjevac, Croatie. Textes de présentation en allemand, anglais et croate. Durée : 56:29

 

Le  publie, chez CPO, un disque regroupant trois chefs-d’œuvre croates de la littérature pour quatuor à cordes.

Božidar Kunc_Fran Lhotka_Josip Štolcer-Slavenski_Sebastian String Quartet_CPOLe fut fondé en 1982 en tant que Quatuor de la Jeunesse Musicale de Zagreb. Depuis 1990, il fonctionne sous le nom actuel. Depuis 1988, il est membre de la Fondation internationale Yehudi Menuhin à Paris. Son répertoire comprend des œuvres allant du XVIIIe siècle au contemporain, avec un accent particulier sur les compositions croates.

La musique croate est toujours assez peu connue hors de ses frontières, bien qu’elle propose des trésors qui méritent d’être découverts. Récemment, nous avons parlé de l’album réunissant les sonates pour violon et piano de Bruno Bjelinski et de Stjepan Šulek, et le concerto « Ottava alta » d’Ivo Malec (Clef ResMusica). Aujourd’hui, nous vous présentons l’enregistrement de partitions signées , et . Chacun de ces trois compositeurs a apporté sa pierre à l’édifice de l’héritage artistique de la Croatie au XXe siècle. Si le premier a étudié dans sa patrie, à l’Académie de musique de Zagreb aux côtés de Blagoje Bersa, le second et le troisième ont perfectionné leur métier ailleurs. a fréquenté le Conservatoire de Prague, de 1899 à 1905, où ses professeurs étaient Antonín Dvořák, Josef Klička et Karel Stecker, tandis que s’est formé au Conservatoire de Budapest où ses professeurs s’appelaient Zoltán Kodály, Albert Siklós et Béla Bartók, puis à Prague auprès de Vítězslav Novák.

signe quatre-vingt-dix partitions, dont deux concertos pour piano et deux pour violon, des pièces pour piano, des cantates et des mélodies. Le Quatuor à cordes en fa majeur op. 14 en trois mouvements, son unique œuvre dans cette forme, est élaboré en 1931. Il y témoigne de sa compréhension libre de la tonalité, en associant la diversité des couleurs, des articulations et des rythmes à une invention mélodique empreinte de références folkloriques. Ainsi, il allie habilement modernité, néoclassicisme et post-romantisme. Pour cette prestation, ne cherchant pas le spectaculaire, les Sebastian font preuve d’une grande vitalité et cohérence, ainsi que d’une large palette de teintes, souvent scintillantes, notamment par l’utilisation des harmoniques. Tantôt charnues, tantôt sèches, les sonorités ne sont jamais âpres ni acides. On admire la consistance et la rondeur des quatre instruments qui alternent pureté du chant et variété des attaques, conduisant parfois à un tourbillon de coups d’archets électrisants.

C’est aussi en 1931 que Fran Lhotka écrit son Élégie et scherzo, une page qui tourne autour de thèmes contrastés, façonnés dans l’esprit de la musique populaire. Lhotka est d’origine tchèque et arriva à Zagreb seulement en 1909. Malgré ses racines, son œuvre s’inspire des accents traditionnels de la Croatie, qu’il intégra gracieusement dans ses principes de composition, pour confirmer son appartenance à une culture nationale et s’engager dans son développement. Dans leur lecture, les Sebastian subjuguent par des sonorités douces en nous entraînant dans un monde contemplatif mais aussi plein d’angoisse, tendre dans l’élégie et tendu dans le scherzo.

Né en Croatie, Josip Štolcer-Slavenski enseigne à Belgrade, tout en restant influencé par l’héritage de sa région natale, le Medjimurje dans le nord-ouest de la Croatie. La polytonalité et les dissonances audacieuses se manifestèrent dans ses pièces pour piano dès 1913, à une époque où de nombreuses pages slaves traitaient encore les matériaux empruntés à l’art populaire d’une manière romantique. Ces intérêts le rapprochent de l’œuvre de Kodály et Bartók, et ses études académiques approfondirent la maîtrise du contrepoint, qui reste un ingrédient essentiel de son style. Le musicologue Jim Samson le décrit comme « sans aucun doute l’un des rares compositeurs vraiment importants de l’Europe du Sud-Est dans la première moitié du XXe siècle ». Le Quatuor à cordes n° 4 en quatre mouvements est sa dernière œuvre dédiée à ce type de formation, constituant une transcription de sa suite Danses des Balkans pour orchestre symphonique créée le 3 mai 1938 sous la direction de Lovro von Matačić. Se basant sur le folklore de Serbie et de Macédoine, cette partition intègre d’une part des mélodies nationales et, d’autre part, des idées musicales originales. Pour cette exécution, les Sebastian combinent poésie et virtuosité en révélant la puissance expressive de ces pages, et particulièrement leur richesse rythmique.

Ce très intéressant disque du label CPO est une véritable découverte servie par une prise de son assez spacieuse et bien équilibrée, permettant de mieux savourer les contrastes dynamiques et nombre de nuances.

Plus de détails

Božidar Kunc (1903-1964) : Quatuor à cordes en fa majeur op. 14. Fran Lhotka (1883-1962) : Élégie et scherzo. Josip Štolcer-Slavenski (1896-1955) : Quatuor à cordes n° 4. Sebastian String Quartet : Anđelko Krpan, 1er violon ; Teodora Sucala Matei, 2e violon ; Nebojša Floreani, alto ; Zlatko Rucner, violoncelle. 1 CD CPO. Enregistré en juin 2018 en l’église Notre-Dame des Douleurs, Kostanjevac, Croatie. Textes de présentation en allemand, anglais et croate. Durée : 56:29

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.