À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Mission impossible pour le duo piano violon, Santos et Monteiro

Plus de détails

Igor Stravinsky (1882-1971) : Suite italienne pour violon et piano ; Divertimento pour violon et piano « Le Baiser de la fée » ; Duo concertant pour violon et piano ; Trois pièces pour violon et piano tirées de l’Oiseau de feu KC 10 ; Danse russe pour violon et piano tirée de Petrouchka. Bruno Monteiro, violon ; João Paulo Santos, piano. 1 CD Etcetera. Enregistré en novembre 2019 à l’Igreja da Cartuxa, Caxias (Portugal). Textes de présentation en anglais et portugais. Durée : 76:00

 

Les cinq œuvres pour violon et piano d’ réunies dans cet album faisaient, dit-on, l’affiche des concerts que le compositeur (et pianiste), au côté de son ami violoniste Samuel Dushkin, donnait dans les années 30, sillonnant l’Europe autant que les États-Unis. Transcriptions pour la plupart de la main de Stravinsky autant que recréations, ces pièces portent le jeu instrumental à un haut niveau d’exigence.

Igor Stravinsky_Bruno Monteiro_João Paulo Santos_ETCETERAPierre d’angle du répertoire de violon du XXᵉ siècle, la Suite italienne tirée du ballet Pulcinella (1922) existe sous différentes versions ; c’est celle de 1934, en six mouvements, sans la Toccata et avec un Scherzino, qui est jouée ici par (violon) et (piano). Amorcée de manière vigoureuse, l’Introduzione s’alourdit rapidement sous le geste un rien appuyé de , plus soucieux d’accentuations que de sens véritable de la ligne. La Gavotte con due variazioni en pâtit également, dont l’ornementation freine le mouvement. La stylisation stravinskienne s’accommode mal des légers ports de voix que le violoniste se permet dans la Serenata tandis que son archet « s’essouffle » dans la redoutable Tarantella comme dans le Scherzino que l’on aimerait plus rebondissant. Le jeu en double et triple corde du Minuetto est négocié avec difficulté tandis que la prise de son nous gratifie des respirations de plus en plus envahissantes de l’interprète. On devra d’ailleurs les supporter tout au long de l’enregistrement !

Plus recréation que transcription, Le baiser de la fée, Divertimento pour violon et piano tiré du ballet éponyme, met au défi le violoniste tandis que la partie de piano, que devait assumer Stravinsky, semble moins périlleuse. On s’interroge là encore sur les options stylistiques prises par le violoniste tant la lecture qu’il fait de l’écriture stravinskienne manque de recul et d’anticipation. Pour autant les Danses suisses, emmenées par les scansions du piano, gardent un galbe inimitable. Ni le Pas de deux ni la Variation ne nous séduisent vraiment ; tout le panache de la coda revient au piano complice de .

Le Duo concertant pour violon et piano (créé par les mêmes Dushkin et Stravinsky à Berlin en 1932) relève également de la suite et sonne de manière étrange, Stravinsky regardant vers les modèles de l’Antiquité (Eglogue I et II, Dithyrambe). La Gigue alerte est la plus réussie, mettant une fois encore en danger (intonation, contrôle du son) le violoniste quand le piano en fait ressortir l’originale beauté.

Les Trois Pièces pour violon et piano (1933) tirées de L’Oiseau de feu ne peuvent que nous frustrer tant la somptuosité des sonorités orchestrales et la sensualité de l’écriture manquent cruellement, absence que le jeu de Bruno Monteiro ne vient hélas pas compenser. Le Scherzo elfique est sauvé par un piano ductile. Danse russe extraite de Petrouchka (1933) est une musique de l’énergie et du rythme, magnifiquement réécrite par Stravinsky pour violon et piano et, cette fois, dûment restituée par nos deux interprètes qui en communiquent la puissance et la jubilation de la répétition.

Plus de détails

Igor Stravinsky (1882-1971) : Suite italienne pour violon et piano ; Divertimento pour violon et piano « Le Baiser de la fée » ; Duo concertant pour violon et piano ; Trois pièces pour violon et piano tirées de l’Oiseau de feu KC 10 ; Danse russe pour violon et piano tirée de Petrouchka. Bruno Monteiro, violon ; João Paulo Santos, piano. 1 CD Etcetera. Enregistré en novembre 2019 à l’Igreja da Cartuxa, Caxias (Portugal). Textes de présentation en anglais et portugais. Durée : 76:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.