À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Simone Vebber joue Haendel transcrit à l’orgue par ses contemporains

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Transcriptions pour orgue de John Walsh (1665-1736) et de James Hook (1746-1827). Concerto en fa majeur op. 4 n° 4 HWV 292 ; Concerto « Le Coucou et le rossignol » HWV 295 ; Six Coronation Anthems HWV 259 ; deux extraits de Saul HWV 53 ; un extrait de Judas Maccabeus HWV 63. Simone Vebber à l’orgue des Frères Serassi (1836) de la cathédrale Sainte-Marie Madeleine de Desenzano (Italie). 1 CD La bottega discantica. Enregistré en juin 2019. Livret en italien. Durée : 54:04

 

Depuis leur origine, les fameux concertos pour orgue et orchestre de Haendel ont été aménagés afin d’être joués par un orgue solo. Deux contemporains anglais du compositeur ont proposé leurs versions, ainsi que quelques airs d’opéra et d’anthems. Sous les doigts habiles de et grâce aux sons préromantiques de l’orgue, apparaissent de nouveaux éclairages.

20200801_112436Écrits pour meubler agréablement les entractes des opéras de Haendel, les concerti pour orgue ont depuis toujours suscité l’envie des arrangeurs pour en faire des fresques musicales étonnantes et destinées à un orgue soliste en englobant allègrement l’orchestre. Cette pratique s’est perpétuée jusqu’à nos jours avec de célèbres transcriptions dont celles de Marcel Dupré, Helmut Walcha ou Jean Guillou… Ces musiques-là s’y prêtent, elles qui furent composées pour garder bien aiguë l’attention du public durant les pauses des opéras donnés à Hampton Court. On dit même que le public se pressait surtout pour cela, pour entendre le maître lui-même au clavier dialoguer avec un petit orchestre parfois dépassé par les improvisations instantanées du soliste, apportant un caractère festif qui se retrouve aussi dans les Anthems ou quelques airs à sensations.

La discographie offre de telles aventures organistiques : L’Orfeo britannico par Andrea Chezzi (Fugatto) ou les 16 concertos pour orgues par Jean Guillou (Augure). Les orgues peuvent être de toute petite taille ou carrément gigantesques. Dans le présent enregistrement c’est l’orgue de Desenzano en Italie, construit pas les frères Serassi aux alentours de 1835, qui a été choisi. Il s’agit d’un orgue déjà ancré dans la période romantique avec un côté orchestral très marqué. On imagine combien un tel instrument peut convenir à la musique grandiose de Haendel. On y trouve une base sonore bien propre à l’orgue, depuis les jeux de fonds jusqu’au grand plein-jeu, augmentée par toute une série de jeux dits « da concerto » comprenant flauto, corno inglese, tromba, fagotto…

manie tout cela en véritable chef d’orchestre par un choix judicieux des timbres et des ensembles sonores. On pourrait même croire ces pièces prévues d’entrée pour l’orgue. On remarque combien les transcriptions contemporaines à Haendel de Walsh et de Hook, collent parfaitement à l’écriture et au style même de cette musique. La pédale reste « ad libitum » puisque ces partitions sont destinées également au clavecin. C’est à l’organiste d’inclure cette partie en toute logique, avec la musique ainsi qu’avec les possibilités d’étendue et de forme du pédalier à l’italienne.

Le programme offre deux concerti : le pimpant Fa majeur op. 4 n° 4 et l’amusant « Coucou et rossignol », tous deux ludiques à souhait. Les Coronation Anthems, musiques de circonstance, ont fait une partie de la gloire de Haendel et furent souvent associés à la royauté. Cinq d’entre eux sont présentés ici, rutilants et puissants. Enfin, deux extraits de Saül et un autre de Judas Maccabeus plus lyriques, bouclent un programme excitant et vivifiant.

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Transcriptions pour orgue de John Walsh (1665-1736) et de James Hook (1746-1827). Concerto en fa majeur op. 4 n° 4 HWV 292 ; Concerto « Le Coucou et le rossignol » HWV 295 ; Six Coronation Anthems HWV 259 ; deux extraits de Saul HWV 53 ; un extrait de Judas Maccabeus HWV 63. Simone Vebber à l’orgue des Frères Serassi (1836) de la cathédrale Sainte-Marie Madeleine de Desenzano (Italie). 1 CD La bottega discantica. Enregistré en juin 2019. Livret en italien. Durée : 54:04

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.