À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Marco Brescia joue Zipoli sur l’orgue brésilien de Diamantina

Plus de détails

Domenico Zipoli (1688-1726) : intégrale de l’œuvre pour orgue. Marco Brescia à l’orgue historique Almeida e Silva (1787), restauré par Frédéric Desmottes (2014). 1 CD Paraty. Enregistré en juin 2016 en l’Église du Tiers-Ordre de Notre-Dame-du-Mont-Carmel (Diamantina, Minas Gerais, Brésil). Textes de présentation en anglais, français, portugais et espagnol. Durée : 68:31

 

est connu pour sa musique de clavier, parfois transcrite pour d’autres formations, ainsi que pour son œuvre vocale retrouvée et enregistrée plus récemment. Voici une nouvelle approche très originale de ses pièces d’orgue, enregistrées en Amérique latine, où vécut le compositeur dans la seconde partie de sa vie.

Le livre d’orgue de est largement pratiqué depuis longtemps par les apprentis organistes à qui il offre des pièces charmeuses, techniquement abordables. Dans les années 60, certains de ces morceaux furent adaptés avec orchestre (Charme du hautbois avec Pierre Pierlot chez Erato). Depuis, ses pièces vocales sont connues grâce à plusieurs disques parus dans la collection « Les chemins du baroque » (label K 617). Ce maitre de la musique est né à Prato en Toscane à la fin du XVIIᵉ siècle et a passé en Italie la première partie de sa vie de 1688 à 1716. Organiste à Rome, il en profite pour publier son fameux livre d’orgue : Sonate d’involatura comprenant Toccata, Versets, Pastorale, Élévations, Offertoire et autres Canzone. Fait marquant, il a étudié avec Alessandro Scarlatti à Naples et Bernardo Pasquini à Bologne. Avant de quitter l’Italie pour le Nouveau Monde, on le retrouve à Séville pour son noviciat chez les Jésuites. Zipoli arrive en 1717 à Buenos Aires où durant une dizaine d’années il est maitre de chapelle et organiste. Son œuvre se répand dans toutes les « Réductions des territoires espagnols » soit une grande partie de l’Amérique latine.

Aujourd’hui on retrouve sa musique interprétée par un organiste italien d’origine brésilienne, , sur un orgue de la région du Minas Gerais, au Brésil. La ville de Diamantina (ancienne région diamantifère) possède un orgue historique exceptionnel. Il fut construit dès 1782 par le Père Almeida e Silva et reste le plus ancien instrument du Brésil. Orgue modeste d’une dizaine de jeu, il n’en demeure pas moins idéal pour le programme proposé. De plus, il a bénéficié d’une méticuleuse restauration par le facteur Frédéric Desmottes de 2008 à 2014. On assiste là à une toute autre approche que le Zipoli habituel, joué sur les orgues italiens de l’époque. Le son est autre, plus tourné vers certains accents ibériques et sud-américains, avec une tessiture étendue aux claviers qui permet l’illusion d’un instrument plus important. Un jeu d’anche assez insolite vient compléter une composition simple, basée sur la progression des différentes octaves : 8, 4 et 2 pieds.

On retrouve ces pièces, familières des organistes, sous une lumière différente. On se passe fort bien du plein-jeu qui peut embrouiller le discours, on se fixe davantage sur le détail d’un jeu soliste qui dessine agréablement les mélodies du compositeur. Le jeu de est sobre et délicat, sans effets exagérés. L’orgue est doux, chatoyant. En prime l’éditeur nous offre six pièces supplémentaires, issues du manuscrit de San Rafael de Velasco (Bolivie), qui pourraient avoir été composées par Zipoli. Leur structure même montre en tout cas l’influence que ce compositeur a pu avoir sur ses disciples dans les missions de Cordoba. Ce sont des musiques courtes mais efficaces par leur impact sur l’auditeur.

Une nouvelle fois le disque, outil de culture, apporte la connaissance d’un répertoire replacé dans un contexte historique rare, jusqu’à la prise de son qui offre une acoustique pure, préservant ainsi l’ambiance particulière d’un lieu où, par le passé comme aujourd’hui, s’est vécue une musique riche pour un usage liturgique et profane.

(Visited 286 times, 1 visits today)

Plus de détails

Domenico Zipoli (1688-1726) : intégrale de l’œuvre pour orgue. Marco Brescia à l’orgue historique Almeida e Silva (1787), restauré par Frédéric Desmottes (2014). 1 CD Paraty. Enregistré en juin 2016 en l’Église du Tiers-Ordre de Notre-Dame-du-Mont-Carmel (Diamantina, Minas Gerais, Brésil). Textes de présentation en anglais, français, portugais et espagnol. Durée : 68:31

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.