Plus de détails

Leoš Janáček (1854-1928) : 2 extraits de Sur un sentier recouvert (La chevêche ne s’est pas envolée ! ; La parole manque). Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Passacaille, extrait d’Armide. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Bagatelles op. 126 n° 4 et n° 5. George Crumb (né en 1929) : Le Cercle magique de l’Infinité ; Makrokosmos. Erik Satie (1866-1925) : Pièces froides n° 2 et n° 3, extraits des Danses de travers. Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788) : Fantaisie en ré mineur. Enrique Granados (1867-1916) : L’Amour et la Mort, extrait de Goyescas. György Ligeti (1923-2006) : Études pour piano « Fanfares » et « En Suspens ». Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Contrapunctus I de L’Art de la Fugue. Ofer Pelz (né en 1978) : Repetition Blindness chapitres I et II. Marin Marais (1656-1728) : Le Labyrinthe pour viole de gambe (arrangement pour piano de J. Keren). Alexandre Scriabine (1872-1915) : Nuances ; Vers la flamme. Jean-Féry Rebel (1666-1747) : Chaos pour orchestre (arrangement pour piano de D. Greilsammer). David Greilsammer, piano. 1 CD Naïve. Enregistré en janvier 2020 à la Sendesaal, Bremen. Notice en anglais et en français. Durée : 69:25

 

Le pianiste et chef d’orchestre présente un nouvel enregistrement très personnel intitulé Labyrinth.

Il raconte avoir fait un rêve récurrent depuis ses quinze ans dans lequel il se retrouvait comme piégé au cœur d’un labyrinthe. Son envie de s’en défaire mais aussi de trouver des réponses l’a conduit à élaborer ce programme captivant. Le disque est divisé en sept chapitres musicaux ; deux pièces d’un même compositeur encadrent une troisième d’un autre auteur. Au centre de cette architecture symétrique se trouve El amor y la muerte, extrait du recueil Goyescas composé par Granados. Cette construction élaborée instaure un dialogue fluide entre chaque morceau, les fait converser dans un mouvement perpétuel qui avance, parfois s’interrompt ou recule. La notion d’époque et de style s’efface. Nous sommes invités à prendre part à ce voyage initiatique qui est de l’ordre de l’expérience sensorielle, nous plonge au cœur de quatre siècles de musique jusqu’à nous faire perdre nos repères. Le flamboyant Janáček et le mystique Scriabine ouvrent et clôturent ce programme, dont la dimension subjective permet à chacun de s’approprier à son propre rythme ces recoins, ces dédales obscurs et lumineux, et de s’y attarder ou non.

retrouve le répertoire baroque et contemporain qu’il affectionne et nous offre une incursion en terres romantiques. Une nouvelle facette apparaît ainsi dans son jeu mis à nu, qui va à l’essentiel. Le pianiste insuffle une fraîcheur proche de l’improvisation (Ligeti ; Beethoven) et trouve un bel équilibre dans les dynamiques. Dans l’Amour et la Mort, une passion viscérale l’habite. Des plages poignantes dont la gravité nous touche, parcourues par un souffle intérieur qui exprime des sentiments aussi exaltés qu’intimes. L’enchainement avec Satie et la Pièce Froide n° 2 amplifie la modernité de langage et vice versa. Cette sensation s’applique à chaque volet car au fil des pièces, le sentiment d’intemporalité ne cesse d’être décliné.

Percutant dans la première Bagatelle beethovénienne, le discours est le plus convaincant dans sa conduite expressive (Crumb et son étrange monde onirique), quand le pianiste libère une poésie d’une douceur suave (Armide ; le Labyrinthe de Marais) ou lorsque le propos devient obsessionnel (l’ostinato de Fanfares) et nous entraine vers des plages déjantées (Repetition Blindness de Pelz).

Ancré dans son époque, ce disque aussi audacieux que libre possède tous les atouts pour toucher un large public et mérite qu’on s’attarde le plus possible dans ce labyrinthe.

(Visited 166 times, 1 visits today)

Plus de détails

Leoš Janáček (1854-1928) : 2 extraits de Sur un sentier recouvert (La chevêche ne s’est pas envolée ! ; La parole manque). Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Passacaille, extrait d’Armide. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Bagatelles op. 126 n° 4 et n° 5. George Crumb (né en 1929) : Le Cercle magique de l’Infinité ; Makrokosmos. Erik Satie (1866-1925) : Pièces froides n° 2 et n° 3, extraits des Danses de travers. Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788) : Fantaisie en ré mineur. Enrique Granados (1867-1916) : L’Amour et la Mort, extrait de Goyescas. György Ligeti (1923-2006) : Études pour piano « Fanfares » et « En Suspens ». Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Contrapunctus I de L’Art de la Fugue. Ofer Pelz (né en 1978) : Repetition Blindness chapitres I et II. Marin Marais (1656-1728) : Le Labyrinthe pour viole de gambe (arrangement pour piano de J. Keren). Alexandre Scriabine (1872-1915) : Nuances ; Vers la flamme. Jean-Féry Rebel (1666-1747) : Chaos pour orchestre (arrangement pour piano de D. Greilsammer). David Greilsammer, piano. 1 CD Naïve. Enregistré en janvier 2020 à la Sendesaal, Bremen. Notice en anglais et en français. Durée : 69:25

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.