Audio, Musique d'ensemble, Parutions

La Fenice badine avec les oiseaux dans la Nature amoureuse

Plus de détails

Œuvres de Clément Janequin (1485-1558), Giuseppe Caïmo (1545-1584), Girolamo Frescobaldi (1583-1643), Jacques Arcadelt (v.1504-1568), Jean de Castro (v.1540-1611), Jan Jacob Van Eyck (1590-1656), Claudio Monteverdi (1567-1643), Giovanni Battista Riccio (1570-1630), Tarquinio Merula (v.1595-1665), Marco Uccellini (v.1603-1680), Paolo Quagliati (c.1555-1628), Martino Pesenti (1600-1647), Andrea Falconiero (1585-1656), Biagio Marini (1594-1663), Giovanni Kapsberger (1580-1651). Ensemble La Fenice ; cornetto, flûte, voix et direction : Jean Tubéry. 1 CD Ligia Digital. Enregistré en 2020 à Montsapey en Savoie. Livret en français et anglais. Durée : 59:00

 

C’est à l’aide de vingt pièces bigarrées, une sélection d’ouvrages vocaux et instrumentaux plus ou moins connus datant de la Renaissance à la période baroque, que l’ fête le retour du printemps avec son nouveau disque intitulé « Natura Amorosa ».

Cette heure de musique est construite en deux parties : « Canti d’Uccelli » qui se consacre aux chants des oiseaux, et « Primavera degli amori » qui dévoile une ode à la nature printanière. La programmation s’accompagne d’une note d’intention intéressante du directeur artistique , ainsi que d’agréables visuels parfaitement en phase avec la thématique choisie.

Dès le Chant des oiseaux bien connu de (Canzon degli uccelli), on perçoit l’articulation élégante et les couleurs brillantes qui seront menées tout au long de cette balade bucolique. Les onomatopées ornithologiques amusent les oreilles, tout comme l’intervention de véritables chants d’oiseaux qui viendra par la suite, indiquée avec humour sur le livret comme des « solistes vocaux venant de l’extérieur ». Pour cette entrée en matière, l’effectif de l’ensemble au complet s’amuse du contrepoint, entre imitations et canons.

Le rossignol est naturellement le protagoniste emblématique de cette promenade, ses mélismes et autres trilles permettant même de traverser les frontières en allant en Angleterre avec The Nightingale, en Italie avec et sa polyphonie à 5 voix dans le stile moderno où le rossignol est évoqué à la harpe (Dolcissimo uscignolo, à 5 voci), ou encore au Pays-Bas avec (Engels nachtegael). Mais les animaux plus symboliques, tel le chant d’un cygne mourant de (Il bianco e dolce cigno cantando more) ou l’immortalité du Phénix de (Une strania Fenice), ou bien encore des oiseaux plus « terre à terre » comme la poule de (La Gallina) ou le coucou de (Mentre il cuculo il suo cucu cantava), offrent un panel éclectique charmant, qui donne tout son éclat à chaque pièce agencée dans cet éventail animal et animé.

Pour la seconde partie, l’évocation des fleurs est un prétexte pour que l’amour délicat et l’humeur jovial s’expriment. Dommage que la réverbération trop présente dans la prise de son entache quelque peu l’équilibre entre les voix et les instruments, fragilisant ainsi l’éclat du dialogue entre le soprano et le violon dans Soavissimi fiori d’un (c.1555-1628) cherchant à transmettre la beauté des fleurs, même si l’agilité du cornet de Jean Tubery et la jubilatoire flûte à bec de Katharina Heutjier jaillit sans difficulté dans la fraîcheur des roses de Monteverdi (O Rosetta, che Rosetta). Les cordes ne sont pas en reste au regard de la ligne de violon baroque périlleuse assurée avec maîtrise par Katharina Heutjier dans Fuggi il verno…con ritornelli du maître vénitien, et la brillance du violoncelle baroque de Keiko Gomi. La chaleur du timbre de Nicholas Achten en berger amoureux dans Mentre il cuculo il suo cucu cantava (Gioseppe Caïmo) et la fraîcheur rayonnante d’une forte d’aigus aériens, complètent une proposition musicale bien rafraîchissante.

(Visited 165 times, 1 visits today)

Plus de détails

Œuvres de Clément Janequin (1485-1558), Giuseppe Caïmo (1545-1584), Girolamo Frescobaldi (1583-1643), Jacques Arcadelt (v.1504-1568), Jean de Castro (v.1540-1611), Jan Jacob Van Eyck (1590-1656), Claudio Monteverdi (1567-1643), Giovanni Battista Riccio (1570-1630), Tarquinio Merula (v.1595-1665), Marco Uccellini (v.1603-1680), Paolo Quagliati (c.1555-1628), Martino Pesenti (1600-1647), Andrea Falconiero (1585-1656), Biagio Marini (1594-1663), Giovanni Kapsberger (1580-1651). Ensemble La Fenice ; cornetto, flûte, voix et direction : Jean Tubéry. 1 CD Ligia Digital. Enregistré en 2020 à Montsapey en Savoie. Livret en français et anglais. Durée : 59:00

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.