Biographies, Livre, Parutions

Brigitte Engerer – La musique creuse le ciel, une émouvante première biographie

Plus de détails

Nathalie Depadt-Renvoisé : Brigitte Engerer, La musique creuse le ciel. Éditions Buchet-Chastel. 258 pages. Mars 2021. 20 €

 

Un peu moins de dix ans après sa disparition, la première biographie de est publiée sous la plume de la psychologue et pianiste Nathalie Depadt-Renvoisé, marquée par l’unique rencontre qu’elle fit d’elle à la fin de ses jours. Un ouvrage qui relate avec sobriété et émotion le destin de cette artiste d’exception.

La rencontre se fit à l’hôpital : au centre de cancérologie de Villejuif où reçoit des soins, un échange s’engage entre les deux femmes sur les bienfaits de la musique en milieu hospitalier, alors qu’un concert a rassemblé patients et soignants. Touchée par la personnalité de l’artiste, de la femme qu’elle découvre, Nathalie Depadt-Renvoisé se lance dans sa biographie quelques années après. Les témoignages de ses proches, des musiciens qui ont été ses complices et amis, comme Henri Demarquette et Gérard Caussé, les recensions puisées dans la presse au fil de sa carrière, nourrissent son livre tout autant que cette admiration, cette empathie proche de la tendresse perceptibles derrière ses mots délicats. Comment raconter une telle vie, ses triomphes et ses drames, son flot débordant qui aurait pu en faire une périlleuse épopée, si ce n’est par une lumière bienveillante portée sur cette artiste fragile et forte à la fois, lucide et courageuse devant ses choix ? Comment cela en serait-il autrement, alors que portée au pinacle, elle se révèle à l’auteur « une femme d’une immense humanité et d’une très grande générosité envers ses semblables » ? 

De Tunis où elle naît et où elle commence son apprentissage du piano, au bouleversant dernier concert au Théâtre des Champs-Élysées quelques jours avant sa mort, nous suivons la musicienne sur son chemin de vie qui la mène à Paris mais surtout à Moscou : elle y passera dix ans qui la transformeront en profondeur, qui façonneront son âme autant qu’ils forgeront la pianiste. Avec tact, la narratrice raconte ses heures avec , son maître, son mentor, son amour secret, jusqu’au moment douloureux de sa mort brutale qui signe son retour en France. Nous la voyons sillonner le monde, propulsée par ses succès aux concours internationaux, consacrée par Karajan, puis soucieuse de trouver un équilibre entre la vie privée et la vie de concertiste, aller vers la musique de chambre, et porter son art aux quatre coins de la France où les festivals fleurissent, plutôt qu’aux États-Unis (la Folle Journée de Nantes et le Festival de la Roque d’Anthéron seront parmi ses rendez-vous réguliers). Nous rencontrons aussi au fil des pages cette femme généreuse qui a à cœur de jouer partout et pour tous, et aide ses condisciples tel Boris Berezovsky dont elle lance la carrière. 

Son amour immodéré de la vie et de la musique, celle surtout de Schumann et de Chopin, les excès et la démesure, la nostalgie de cette Russie qui fit à jamais partie d’elle et, exilée sans réellement l’être, cette part de désespoir qui l’habitait, auraient pu inspirer un roman russe dont Brigitte Engerer aurait été la sublime héroïne. Sans l’ambition d’en avoir le souffle, ce livre en diffuse discrètement le parfum. 

(Visited 314 times, 1 visits today)

Plus de détails

Nathalie Depadt-Renvoisé : Brigitte Engerer, La musique creuse le ciel. Éditions Buchet-Chastel. 258 pages. Mars 2021. 20 €

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.