Danse , Parutions, Vidéo, Vidéo Danse

Trois documentaires intimistes pour une plongée au cœur du Ballet de Stuttgart

Plus de détails

Instagram

The Stuttgart Ballet Documentary Collection. Collection de documentaire. Of Miracles and Superheroes – The Stuttgart Ballet. Réalisation : Harold Woetzel. Langues : anglais, allemand. Durée : 90 min. Marcia Haydée – The Seduction to Dance. Réalisation : Harold Woetzel. Langues : allemand. Sous-titres : anglais. Durée : 45 min. Friedemann Vogel – Incarnation of Dance. Réalisation : Katja Trautwein. Langues : anglais, allemand, français, japonais, russe. Sous-titres : anglais, allemand. Durée : 60 min. 1 double DVD C Major Entertainment. Notice de présentation en anglais et en allemand. Durée totale : 195:00

 
Instagram

The Documentary Collection réunit dans un double DVD trois films documentaires retraçant l'histoire du Ballet de Stuttgart par le prisme de ses multiples figures emblématiques.

, , , … nombreux sont les grands noms de la danse à s'être illustrés au sein du célèbre Ballet de Stuttgart. Dans cette collection de trois documentaires, ce sont sur les figures de , de et de Freidemann Vogel que les réalisateurs Harold Woetzel (Of Miracles and Superheroes – The , – The Seduction to Dance) et Katja Trautwein ( – Incarnation of Dance) ont choisi de s'attarder, afin de dresser un portrait détaillé de la compagnie à différentes époques de son histoire.

Of Miracles and Superheroes – The propose dans un premier temps de raconter le « miracle de Stuttgart » avec l'arrivée de en 1961 à la direction artistique de la compagnie, dans une Allemagne d'après-guerre avide de culture, où tout était à construire du point de vue de la danse classique. Les interviews croisées de témoins de cette époque tels que Reid Anderson, Birgit Keil, Georgette Tsinguirides ou (les « superhéros » de la danse), permettent de revenir avec précision sur l'émergence du Ballet de Stuttgart sur la scène internationale, alors sous l'égide du maître du ballet narratif, décédé brutalement en 1973 encore au faîte de sa carrière. Une sélection d'images d'archive plonge également le spectateur dans l'intimité des salles de répétition et de la vie en tournée (notamment celle de 1969 aux États-Unis), dans une volonté de faire ressentir la puissance du lien quasi familial qui unissait Cranko à ses danseurs.

Le deuxième documentaire de cette collection, Marcia Haydée – The Seduction to Dance, a été réalisé par Harold Woetzel dans le but de rendre hommage à la muse de , à l'occasion de ses quatre-vingts ans. Selon une réalisation similaire et grâce à des extraits des mêmes interviews, le réalisateur s'attarde cette fois-ci sur la danseuse phare du Ballet de Stuttgart, depuis son arrivée dans la compagnie, jusqu'à sa nomination en tant que directrice artistique de 1976 et 1996. Le film parvient habilement à mettre en évidence la façon dont Marcia Haydée incarne la continuité de l'héritage de Cranko, qu'il s'agisse de perpétuer les chefs d'œuvres de ce dernier comme Onéguine ou La Mégère apprivoisée, de donner vie à ses propres créations comme La Belle au bois dormant, ou de continuer à impulser le renouveau chorégraphique en révélant de jeunes chorégraphes talentueux.

Le troisième et dernier documentaire, – Incarnation of Dance, nous offre une vue d'ensemble contemporaine de la compagnie allemande en tant que point d'ancrage d'un danseur de ballet amené à voyager régulièrement dans le monde entier. nous raconte la rigueur et la spécificité de son quotidien, entre cours du matin, répétitions, voyages, représentations et séances chez le kinésithérapeute. Malgré une renommée à l'international qui pousse l'Étoile hors de l'Allemagne, le film met clairement en évidence son attachement à sa ville natale et à sa célèbre compagnie, comme lorsqu'il se confie sur l'importance d'interpréter le rôle éponyme du mythique ballet Onéguine.

Ces trois documentaires avec des angles et des époques différentes, mais néanmoins complémentaires, reviennent ainsi de façon cohérente sur l'histoire du Ballet de Stuttgart pour mieux comprendre son rayonnement à l'international. Cependant, le regard déifiant porté sur les artistes évoqués prête à réflexion quant à la nature de la relation qui lie un chorégraphe à ses danseurs, comme lorsque les interprètes de Cranko se décrivent eux-mêmes comme ses « enfants ». Un qualificatif qui interroge sur les risques toujours actuels d'emprise liée au lien de subordination existant entre le ou la chorégraphe et les danseuses et danseurs au sein des compagnies. 

(Visited 32 times, 1 visits today)

Plus de détails

Instagram

The Stuttgart Ballet Documentary Collection. Collection de documentaire. Of Miracles and Superheroes – The Stuttgart Ballet. Réalisation : Harold Woetzel. Langues : anglais, allemand. Durée : 90 min. Marcia Haydée – The Seduction to Dance. Réalisation : Harold Woetzel. Langues : allemand. Sous-titres : anglais. Durée : 45 min. Friedemann Vogel – Incarnation of Dance. Réalisation : Katja Trautwein. Langues : anglais, allemand, français, japonais, russe. Sous-titres : anglais, allemand. Durée : 60 min. 1 double DVD C Major Entertainment. Notice de présentation en anglais et en allemand. Durée totale : 195:00

 
Mots-clefs de cet article
Instagram
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.