Mot-clef : Nicholas Snowman

L’accomplissement

Le Crépuscule des Dieux à Strasbourg, l’accomplissement

Après une interruption d’un an, l’aventure de la Tétralogie wagnérienne répartie sur quatre saisons, commencée en février 2007 par l’Opéra national du Rhin sous la direction de Nicholas Snowman, s’est achevée avec le Crépuscule des Dieux sous les auspices de Marc Clémeur nommé en 2009 nouveau directeur général de l’Opéra alsacien. Cette conclusion était très attendue, en particulier pour la mise en scène de David McVicar qui avait enthousiasmé dès ...
Quel théâtre !

Cosi fan tutte à Strasbourg, quel théâtre !

Quatre ans après sa création et après un détour par le Scottish Opera, la production de Cosi fan Tutte mise en scène par David McVicar revient dans la maison qui l’a vu naître. Avec une distribution entièrement renouvelée, qu’il a lui-même concoctée, Marc Clémeur rend ainsi hommage à une des grandes réussites du mandat de son prédécesseur, Nicholas Snowman. Même confié aux mains expertes de son assistant Chris Rolls, le spectacle ...
Quand le respect de l’œuvre s’avère payant

Falstaff à Strasbourg, quand le respect de l’œuvre s’avère payant

C’est dans la bonne humeur que l’Opéra du Rhin a choisi de fêter sa fin de saison et le terme du mandat de son directeur, Nicholas Snowman, en reprenant sa production de Falstaff de 2004. Quelle heureuse idée, à la veille de la Fête de la Musique, que de présenter ce petit bijou d’humour et de mécanique comique, ultime chef-d’œuvre d’un Verdi octogénaire. La mise en scène de Giorgio Barberio Corsetti ...
Wagner en Cinémascope

Wagner en Cinémascope vu par David McVicar

Siegfried Après un Rheingold et une Walküre mémorables, l’aventure continue à l’Opéra du Rhin avec Siegfried, deuxième journée (et troisième étape) du Ring des Nibelungen de Richard Wagner dans la mise en scène de David McVicar. Comment allait-il se sortir du piège que constitue ce livret, de notre point de vue le plus difficile à réaliser car relativement pauvre et linéaire d’action – tout est déjà programmé dès le début – ...
Pour les oreilles seulement

Un bal masqué à Strasbourg, pour les oreilles seulement

Certains spectateurs lui ayant fait le léger reproche de délaisser l’opéra italien au profit des œuvres de langue allemande ou française, le directeur de l’Opéra du Rhin Nicholas Snowman a carrément programmé deux ouvrages de Verdi, et non des moindres, pour sa dernière saison. Avant Falstaff en juin 2009, qui clora dans un éclat de rire son mandat à Strasbourg, c’est le plus mélodramatique Bal masqué qui est présenté dans ...
Calme plat sur la Mer Egée

Iphigénie en Aulide à l’Opéra National du Rhin, calme plat sur la Mer Egée

Créée en 1774, Iphigénie en Aulide est le premier opéra français que Christoph Willibald Gluck composa pour Paris. Alors âgé de cinquante-neuf ans, il était au faîte d’une renommée gagnée en Italie et à Vienne. Cette rencontre avec la tragédie classique française – le livret, adapté par Le Blanc du Roullet, est tiré de l’Iphigénie de Racine – lui donna l’occasion de mettre pleinement en action les principes de sa ...
Seconde étape d’un Ring qui fera date

Seconde étape du Ring par David McVicar qui fera date

La Walkyrie Après un prologue enthousiasmant la saison dernière, l’Opéra du Rhin poursuit sa Tétralogie wagnérienne répartie sur quatre années avec la Walkyrie, le plus facile d’accès et le plus souvent joué des quatre opéras constituant le Ring des Nibelungen. Etaient très attendus dans cette production la suite de la vision du metteur en scène David McVicar et la présence de la somptueuse Jeanne-Michèle Charbonnet en Brünnhilde. A l’issue de la première ...