tous les dossiers(1)

Œuvres complètes de Louis Cahuzac

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Louis Cahuzac (1880-1960) : Œuvres complètes de Louis Cahuzac. Concertino pour clarinette et piano ; Pastorale cévenole pour clarinette et cordes ; Arlequin pour clarinette solo ; Cantilène pour clarinette solo et piano ; Variations sur un air du pays d’Oc pour clarinette et piano ; Etude pour clarinette solo ; Fantaisie variée sur un vieil air champêtre pour clarinette et piano ; Sonate Classique N° 1 pour 2 clarinettes ; Sonate Classique n° 2 pour 2 clarinettes ; Pastorale cévenole. Philippe Cuper, clarinette ; Christine Lagniel, piano ; Philippe Olivier Devaux, 2ème clarinette ; Les virtuoses de l’Opéra (Paris) : Christophe Guiot, 1er violon ; Thibault Vieux, 2ème violon ; Noëlle Cuper, alto ; Philippe Feret, violoncelle ; Catherine Leroy, contrebasse. 1 CD Clarinet Classics. Réf. : CC0065, code barre : 5 023581 006525. Enregistrement réalisé au Studio Magne (Paris), le 24 février 2002. Notice bilingue : français et anglais. Durée : 74’37

 

Immense clarinettiste actif et apprécié dans les grands centres musicaux du monde entier, (1880-1960) a fait sonner son instrument avec une expertise dont la mémoire collective, quoique vacillante, a gardé des qualificatifs élogieux et peut-être un rien nostalgiques. Mais l’instrumentiste bardé de diplômes, de reconnaissance et de réussites était également compositeur. ,  super-soliste de l’ (à partir de 1984) et riche d’une éducation au plus haut niveau, de prix de premier plan et de remarquables réalisations a décidé d’en rendre compte. Rappelons que avait enregistré le difficile et si original Concerto pour clarinette de avec l’Orchestre de Bretagne dirigé par (ADDA) en 1992, tout comme l’avait fait avant lui en 1947 avec l’Orchestre royal de Copenhague mené par (Danacord). Ce point de convergence, inédit et intéressant certes, préjuge-t-il d’une nouvelle intersection mettant en œuvre les fabuleuses qualités expressives de Cuper, rodé aux exécutions les plus ardues, et les compositions – toutes à destination de son instrument – de Cahuzac ?

Ces dernières ne s’aventurent jamais à tenter la comparaison avec les plus purs chefs-d’œuvre consacrés ayant structuré un fabuleux catalogue à travers les époques. Bien qu’influencée par la musique populaire du Pays d’Oc d’une part et par des réminiscences de Mozart, Weber, voire Stravinsky, son écriture ne dépasse pas l’anecdote, le sympathique, l’atmosphère feutrée du bis. Philippe Cuper en maîtrise l’interprétation avec l’aisance et la musicalité qu’on lui connaît sans parvenir – mais on ne saurait lui en tenir rigueur – à hisser ces tentatives au rang des partitions impérissables. Cette très sympathique redécouverte nous donne l’occasion de raviver la figure d’un des plus notables interprètes du siècle passé.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.