tous les dossiers(1)

La musique de Jean-Louis Florentz par Thomas Monnet

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Jean-Louis Florentz (1947-2004). L’œuvre intégrale pour orgue. Thomas Monnet à l’orgue de l’église Saint-Vincent de Roquevaire (Var). 1 CD Hortus 114. Code barre : 3487720001147. Enregistré à Roquevaire en avril et mai 2014. Livret bilingue français anglais. Durée totale : 86’20 ».

 

florentz_monnet_hortus

Pour la première fois au disque parait l’intégrale de la musique pour orgue de , incontournable compositeur comptant parmi les plus grands et dont le nom est désormais gravé en lettres d’or dans l’histoire de la musique contemporaine. Il est servi ici par une interprétation de tout premier plan par sur l’orgue symphonique de Roquevaire.

Il y a cinq ans, un très bel ouvrage de Marie-Louise Jacquet-Langlais retraçait la vie trépidante de cet artiste, élève de Messiaen. A l’époque, plusieurs organistes dont et Michel Bourcier nous avait fait connaitre un univers sonore atypique et novateur.

Pour les dix ans de la disparition de , le label Hortus, très actif en matière de disques d’orgue, propose en un seul CD l’intégrale de son œuvre pour orgue dans une nouvelle version enregistrée à Roquevaire. Cet instrument est l’assemblage d’un orgue préexistant dans cette église, avec ce qui fut un orgue de salon appartenant à et construit à l’origine dans sa villa de Nice. fit cette transformation, achevée par la suite de manière harmonieuse par . Aujourd’hui, cet orgue néo-symphonique, confortable et doté encore de la belle console Cochereau à 5 claviers, convient admirablement à ce répertoire.

Il faut savoir que Florentz avait des conceptions très personnelles en matière d’orgue notamment au niveau de certains mélanges utilisant des harmoniques éloignées de septième, neuvième ou plus encore, entendues à Saint Eustache ou à Notre Dame de Paris. Le discours, comme celui de son maître Messiaen, fait appel à diverses inspirations lointaines, africaines et moyen-orientales. Musique de rêve, hors de toute école, fascinante, envoûtante parfois, culminant dans son chef d’œuvre Debout sur le soleil, immense chant de résurrection, composé en 1991, inspiré par la cathédrale Notre-Dame de Paris et son grand orgue.

, à la suite de Michel Bourcier, créateur des œuvres, aborde puissamment ces textes, où la demi teinte l’emporte sur le tutti écrasant. Tout n’est que finesse et conduit tout droit à l’auditeur, touché et ému. Il s’agit là d’un exceptionnel hommage rendu à ce compositeur qui aura marqué à jamais ce tournant de siècle.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.