tous les dossiers(1)

César Franck fascine les violonistes polonais

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

César Franck (1822-1890): Sonate pour violon et piano; Johannes Brahms (1833-1897): sonate pour violon et piano n°1 opus 78. Elzbieta Mrozek-Loska (alto), Zbigniew Raubo (piano) 1 CD DUX 1122. DDD enregistré à Katowice les 8 et 12 mai, 24-25 septembre 2012. Durée: 51’11 »

César Franck: Sonate pour violon et piano; + Jules Massenet (1842-1912): Méditation de Thaïs, Camille Saint-Saens (1835-1921): Introduction et Rondo capriccioso, Gabriel Fauré (1845-1924): Berceuse, Maurice Ravel (1875-1937): Tzigane. Christian Danowicz (violon), Anna Rutkowska-Schock (piano) 1 CD DUX 1114 DDD enregistré à Wroclaw en septembre 2013. Durée 59’04 »

César Franck: Sonate pour violon et piano. Johannes Brahms (1833-1897): sonate pour violon et piano n°3 opus 108. Patrycja Piekutowska (violon), Anna Miernik (piano) 1 CD DUX 1128. DDD enregistré au centre européen Penderecki en mai 2014. Durée: 45’39 »

 

513cySqiCsL._SX425_PJautoripBadge,BottomRight,4,-40_OU11__Trois enregistrements de l’admirable sonate de Franck paraissent ensemble chez l’éditeur polonais Dux, Aucun ne s’impose réellement et ne bouleverse la discographie mais tous témoignent de l’attrait renouvelé de ce chef-d’oeuvre sur les interprètes.

Curieusement voici que nous parviennent trois CD de la firme polonaise Dux qui ont en commun la sonate en la majeur de Franck. On ne peut que se réjouir de savoir que ce chef d’oeuvre attire toujours autant les artistes, même si aucun de ces disques ne vient remettre en cause la discographie.

On évacuera d’emblée l’album de l’altiste Elzbieta Mrozek-Loska . Brahms a écrit deux chefs-d’oeuvre pour les altistes avec ses sonates opus 120. Pourquoi dès lors s’attaquer à la première sonate pour violon, transposée d’une quarte pour s’adapter au registre de l’alto? Le résultat ne convainc guère d’autant que l’interprétation de l’altiste polonaise n’a rien pour transporter l’auditeur. Quant à la sonate de Franck, elle pâtit de ces sonorités rauques et perd de son intensité lyrique dans cette réalisation dont on ne perçoit pas la justification, hormis la volonté d’une altiste d’élargir artificiellement son répertoire.

51XqT9PD+NL._SX425_PJautoripBadge,BottomRight,4,-40_OU11__

Titelive_5902547011141_D_5902547011141

Déjà plus satisfaisant, l’album de Christian Danowicz, hommage au « Violon français » associe à l’oeuvre de Franck des « tubes » du répertoire. La volonté de faire ample dans la sonate, prise lentement, tout comme une intonation perfectible dans les morceaux de genre (notamment la Méditation de Thaïs) limitent cependant notre plaisir à l’écoute de ce CD. La meilleure part se trouve sans nul doute dans Tzigane où le timbre un peu âpre de Christian Danowicz est plus en situation que dans l’élégance des morceaux de Massenet, Saint-Saëns et Fauré.

Enfin, malgré sa brièveté difficilement admissible et une pochette de couverture plus kitsch que réellement glamour, c’est l’album de   qui s’avère le plus convaincant des trois. Dans des tempos nettement plus resserrés et avec une maîtrise technique plus affirmée, elle donne une interprétation de belle tenue de la sonate de Franck comme une lecture très vivante de la troisième sonate de Brahms, deux œuvres quasiment contemporaines. Un beau disque certes mais les références de Ferras-Barbizet ou Dumay-Collard dans Franck, Suk-Katchen dans Brahms ne risquent pas de voir leur prééminence remise en cause.

 

 

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.