tous les dossiers(1)

Au cœur des coulisses de la nouvelle production lyrique de l’Opéra de Reims

Aller + loin, Dossiers, Opéra

Focus sur un métier de l’ombre, suivi de répétitions de spectacles, de la création d’une œuvre, d’un ballet ou d’une nouvelle production lyrique… ResMusica propose aux spectateurs de passer du côté des coulisses à travers son dossier « Musique et danse en coulisses ». Pour accéder au dossier complet : Musique et Danse en coulisses

 

visuel-mont-du-reuilEn janvier 2018 est prévue la première de la nouvelle production lyrique de l’Opéra de Reims menée par la compagnie en résidence dans cette maison. Invité à suivre chaque étape du processus de création de ce nouveau spectacle, ResMusica vous propose le premier épisode de cette belle aventure lyrique.

Sous la houlette de ces deux directrices artistiques et , la compagnie , actuellement en résidence à l’Opéra de Reims, se consacre depuis 2007 au théâtre musical et au répertoire oublié de l’opéra-comique de la fin du XVIIIe siècle en langue française. En quête constante de formes « tout terrain » de l’art lyrique, Les Monts du Reuil se produisent naturellement à l’Opéra de Reims et à la Bibliothèque nationale de France mais aussi à l’Opéra-Comique, à l’Opéra de Tours, au théâtre de Saint-Dizier, au festival Jean de La Fontaine, à la salle Pleyel, à l’Opéra de Metz ou en tout lieux insolites désirant accueillir l’art lyrique.

C’est au sein d’un projet artistique complet que s’inscrit cette compagnie à travers la découverte de partitions et de livrets pour la mise en œuvre de nouvelles productions lyriques, notamment six opéras montés depuis un peu moins de dix ans, grâce à l’édition avec la collaboration des éditions Buissonnières et par l’enregistrement de disques avec le label « Les Belles Écouteuses. »

Parfois accompagnés d’une partie de l’orchestre de l’Opéra de Reims, Les Monts du Reuil jouent principalement dans un effectif modulable d’orchestre de chambre dans la pure tradition des orchestres anciens, c’est-à-dire sans chef d’orchestre. Ce sont les deux directrices artistiques, la claveciniste et la violoncelliste qui guident la formation lors des répétitions.

Première à la Bnf du "soldat magicien" (Anseaume/Philidor)

Première à la Bibliothèque nationale de France du Soldat magicien (Anseaume/Philidor)

Etape 1 : le choix de l’œuvre

Le choix d’une pièce lyrique pour une nouvelle production de la compagnie doit prendre plusieurs éléments en considération : l’adhésion des artistes pour le livret comme pour la musique, mais aussi l’intérêt que pourrait susciter l’opéra auprès des principaux partenaires et des futurs programmateurs du spectacle. Le titre de l’œuvre est de ce fait très important. Vecteur de sens, il doit susciter l’appétit des spectateurs. Il est important de garder en tête que Les Monts du Reuil s’attachent à mettre sur scène des opéras méconnus des auditeurs d’aujourd’hui, souvent écrits par des compositeurs dont la notoriété, très importante à leur époque, n’a pas traversé la barrière du temps. L’attractivité du titre est pour cette raison, encore plus importante.

Pierre Daubigny, dramaturge

Pierre Daubigny, dramaturge

La lecture du livret s’exécute principalement avec Pierre Daubigny, le dramaturge de la troupe. Mais quel est précisément son rôle ? À cette étape, le dramaturge doit justifier la sélection de l’œuvre auprès de la future équipe artistique, surtout auprès du metteur en scène, et aura comme mission de contextualiser l’œuvre littéraire par un corpus d’œuvres complémentaires pour mieux comprendre les éventuelles allusions et références. Véritable « conseiller littéraire » auprès du metteur en scène, il aura un rôle très actif dans l’élaboration de cette production, notamment au moment des répétitions, pour proposer un point de vue extérieur qui se veut proche du public et pour développer l’interprétation du metteur en scène.

Hélène Clerc-Murgier et Pauline Warnier vérifient ensuite que la musique sert la dramaturgie, propose des airs variés et une ouverture qui puisse être bien servie par leur effectif artistique puis proposent l’œuvre à leur principal partenaire et soutien, le directeur de l’Opéra de Reims Serge Gaymard.

En remettant à la scène Raoul Barbe-Bleue, les deux directrices artistiques ont découvert des auteurs de premier ordre : le librettiste  et le compositeur André Ernest Modeste Grétry. « C’est ce qui nous a poussées à continuer l’exploration de ce répertoire trop largement méconnu » nous expliquent-elles. Le sujet de Richard Cœur de Lion place cet opéra « dans un très vaste champ artistique très enthousiasmant ! De plus, l’histoire de Richard Cœur de Lion s’inscrit dans l’Histoire de France, de l’Europe et du monde. L’écho que porte ce personnage haut en couleur est intemporel. Il a d’ailleurs été traité sous toutes les formes artistiques (picturales, cinématographiques, poétiques, musicales…) et à toutes les époques. Ensuite, l’expérience avec les musiciens à vent de l’Opéra de Reims s’étant avérée positive, nous avions envie de la poursuivre avec ce nouvel opus. » Cette future production se situe dans la suite des découvertes d’inédits dans lesquelles ce sont inscrits Les Monts du Reuil depuis quelques années.

Du côté des programmateurs, la compagnie sent bien un intérêt nouveau lié au personnage historique légendaire : « Ayant traversé la France, nous commençons à trouver sur le chemin qu’il a parcouru, des salles qui ont envie de l’accueillir ! »

Présentation de Richard Cœur de Lion

Richard Cœur de Lion est une comédie mêlée d’ariettes en trois actes, créée le 21 octobre 1784 à la Comédie Italienne par deux grands noms de l’opéra-comique : le librettiste et le compositeur André Ernest Modeste Grétry.

Emprisonné injustement par Léopold V d’Autriche après son retour de croisade, Richard Cœur de Lion peut compter sur la fidélité de son serviteur Blondel pour garder espoir sur son sort. La rencontre de Blondel, déguisé en troubadour aveugle pour dissimuler son véritable but, avec Sir Williams et sa fille Laurette orientera le héros vers le château de Linz où est détenu son roi. Grâce à un subterfuge mené de main de maître par le chevalier, la capture du geôlier Florestan par les gardes de la Comtesse Marguerite d’Artois, amoureuse du Roi Richard, aura pour heureuse conséquence la libération du souverain.

Richard Cœur de Lion est reconnu par de nombreux musicologues comme le premier « opéra sauvetage. » Effet de mode à la fin du XVIIIe siècle incontestablement lié aux événements politiques et sociaux en France, cet opéra-comique en présente en effet toutes les règles et les principaux codes littéraires et musicaux : le sauvetage d’un héros enfermé injustement dans une prison, un ami en quête de sa libération (l’intrigue est donc basée sur cette quête), un chœur et un deus ex machina qui seront les véritables sauveurs du prisonnier et une libération annoncée par une scène paroxystique – ici un combat acharné – à coup de timbales et de trompettes…

Le calendrier prévisionnel et les étapes de réalisation

Même si le temps de travail pour monter une nouvelle production peut différer en fonction des décors à construire où de la participation d’artistes extérieurs comme c’est le cas pour Richard Cœur de Lion, le calendrier s’élabore sur une durée d’un an et demi en moyenne. Cette longue préparation s’établit en plusieurs étapes.

Après avoir décidé de l’œuvre, le choix des partenaires artistiques est la deuxième étape d’élaboration du projet. L’équipe artistique doit se composer d’un metteur en scène, d’un scénographe, d’un éclairagiste, d’un décorateur, d’un costumier et d’un accessoiriste. Entourés d’habituels collaborateurs dont la cohésion et la vision artistique fonctionnent à merveille, Les Monts du Reuil souhaitent pour cette nouvelle production reconduire cette équipe si cela est possible en termes de calendrier. Cette stabilité permettra également un gain de temps non négligeable pour respecter des délais contraints.

Indispensable, la troisième étape est consacrée à la recherche des premiers partenaires de co-production et de diffusion et d’aides financières à la création. La construction des plannings s’effectue également durant ce temps.

Le dépôt de la maquette de l’équipe artistique est la première étape concrète de création. Le décorateur et le costumier, en collaboration étroite avec le metteur en scène et la direction artistique, réalisent la toute première image en modèle réduit du spectacle à venir et explicitent les raisons de leur choix. Suite à cette présentation, l’équipe technique étudie la faisabilité et le budget global du projet.

Si les intentions de l’équipe artistique sont acceptées et après l’établissement des plans des décors, le metteur en scène confie la réalisation de ce projet aux ateliers de construction des décors et de costumes de l’Opéra de Reims.

Les Monts du Reuil dans le docteur Sangrado (Anseaume, Laruette et Duny)

Les Monts du Reuil dans Le docteur Sangrado (Anseaume, Laruette et Duny)

Les premières répétitions (« les musicales » font pour la première fois travailler les chanteurs et les directrices musicales ensemble autour d’un piano et sans mise en scène), débuteront certainement quinze jours avant la première pour enchaîner avec les « mises en scène piano » où les chanteurs approcheront pour la première fois la vision du metteur en scène. Les premières consignes (entrées, déplacements…) seront données sans que le décor soit réellement mis en place, substitué durant ces répétitions par des marquages au sol ou des éléments de substitution. Des répétitions pour l’orchestre seul, les « lectures orchestre », seront également organisées en parallèle pour la mise en place des phrasés, des coups d’archets, du premier violon et de bien d’autres éléments pour une approche musicale inédite.

L’italienne sera prévue une semaine environ avant la générale et correspondra à la première rencontre entre les chanteurs et l’orchestre. Cette répétition sera purement musicale et donnera l’occasion à la direction artistique de régler l’équilibre entre les différentes voix et l’ensemble instrumental. La mise en scène sera totalement exclue de ce temps d’échanges ; les chanteurs étant généralement assis pour travailler.

Les chanteurs et l’orchestre répèteront ensuite scène par scène avec la mise en scène sous l’œil aguerri du metteur en scène et de la direction artistique. Au moment de la pré-générale, l’opéra est joué dans son intégralité, dans les conditions réelles de représentation et sans interruption. L’ultime répétition, la générale, s’exécutera sous le regard d’un public qui peut être constitué du personnel de l’opéra ou d’invités.

Ce planning chargé doit coïncider avec les autres obligations de la compagnie : la production de 2015-2016, Le Jeune Sage et le Vieux fou (Hoffman/Méhul), sera en dernière phase de répétitions en février pour la première prévue en mars à Givet puis à la Bibliothèque nationale de France et l’opéra Raoul Barbe bleue sera enregistré en février dans le cadre d’un projet numérique innovant et repris également en mars à l’Opéra de Metz.

Guillaume Gutierrez (futur Blondel) et Hadhoum Tunc dans "Raoul Barbe-bleue" (Sedaine/Grétry)

Guillaume Gutierrez et Hadhoum Tunc dans Raoul Barbe-bleue (Sedaine/Grétry)

Prochain épisode sur ResMusica

Dans les prochaines semaines, la constitution de l’équipe artistique sera faite et nous suivrons les échanges concernant la distribution des rôles. Nous vous présenterons les artistes finalement sélectionnés et les raisons de ce choix par la direction artistique. Même si l’idée du ténor qui incarnera Blondel semble déjà plutôt claire pour la compagnie (petit indice : le chevalier Blondel joue parfaitement du violon !), le reste de la distribution n’est pas encore acté. Suite au prochain épisode…

Crédits photographiques : Les Monts du Reuil © Ania Szczepanska – Le soldat magicien par Les Monts du Reuil © Claude Morel – Pierre Daubigny, dramatuge © Jean-Paul Lefret  – Hélène Clerc-Murgier et Pauline Warnier © Florent Mayolet – Les Monts du Reuil dans Le docteur Sangrado © Florent Mayolet – Guillaume Gutierrez et Hadhoum Tunc dans Raoul Barbe-bleue © Axel Coeuret

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.