Musica2

La BnF fait redécouvrir Olivier Messiaen

Aller + loin, Expositions

Exposition « Messiaen, un génie au travail », Bibliothèque nationale de France, Galerie des donateurs, du 17 janvier au 5 mars 2017.

05- Petichet 1977 OM-006Jusqu’au 5 mars, dans la Galerie des donateurs de la , se tient l’exposition « Messiaen, un génie au travail » qui, en plus de marquer le vingt-cinquième anniversaire de la disparition de cet immense compositeur du XXe siècle, révèle au public les trésors personnels du compositeur. Cet évènement marque aussi l’ouverture aux chercheurs et musicologues du fond Messiaen soigneusement constitué et conservé par (dernière épouse et interprète magistrale du compositeur).

Comme un voyage dans l’univers musical et intime du compositeur, l’exposition « Messiaen, un génie au travail » nous offre une plongée merveilleuse et un cheminement passionnant de la table de travail à l’esprit de ce génie fulgurant de notre temps. La Galerie des donateurs, un espace assez intime par ses proportions, permet une immersion instantanée qui ravit les connaisseurs sans décourager celui ou celle qui souhaiterait découvrir cette personnalité de la musique haute en couleur et géniale.

Entre une grande page d’Antiphonaire qui ornait une pièce de travail de Messiaen, et les multiples documents rarissimes et ô combien précieux tels que des esquisses de la main du compositeur ou bien sa partition annotée du Sacre du printemps d’ dont il fut l’un des premiers à fournir une analyse novatrice, l’exposition se parcourt comme un gigantesque album de souvenirs et de trouvailles. Des moments d’intimités de l’homme immortalisés par la photographie (une merveilleuse photo nous fait découvrir le maître en compagnie d’ et du tout jeune Boulez) côtoient les testaments de gloire du compositeur, comme le manuscrit de la Turangalîla-Symphonie.

MUS MS-23003 P23Cette exposition permet aussi au visiteur de constituer son propre chemin au travers de la vie et de l’œuvre d’. L’ayant conçue comme une série d’îlots que l’on peut visiter à sa guise, les organisateurs ont ainsi su éviter un aspect cérémonial et trop souvent décourageant des exhumations documentaires en grandes pompes.
Le parcours est didactique et parfois ludique : des écrans vidéos avec casques permettent de découvrir et d’entendre les témoignages et les œuvres du compositeur dirigées par les plus grands maîtres et rappelées au souvenir de ses plus prestigieux élèves tel que , Georges Benjamin, etc.

Tout au long des différentes vitrines, l’on notera aussi l’intérêt tout particulier de la disposition d’objets ayant appartenu au créateur et faisant partie de sa mythologie personnelle. Ainsi des tableaux de soie brodée, des pierres, des papillons, des instruments anciens et des statuettes nous font découvrir un peu plus les passions et les sources d’inspirations de celui qui injecta un souffle nouveau à la musique du XXe siècle.

Enfin, ça et là se trouvent disséminées sur des carnets et entête de pages, des réflexions et citations que Messiaen avait pris soin de noter afin certainement de se les rappeler comme des leitmotiv vitaux : « Ce qui est maintenant prouvé ne fut autrefois qu’imaginé . »

Alors, on recommandera à toutes personnes curieuses et/ou connaisseuses de se rendre à la BnF afin de découvrir ce que fut Messiaen et d’imaginer ce que la musique pourrait être demain.

Crédits  : au piano, dans sa maison de Petichet, au bord du lac de Laffrey (Dauphiné), en 1977, (photo prise par Yvonne Loriod) – Fonds , BnF, Musique

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.