Plus de détails

Les Wanderer sont des bien nommés. Ce n’est pas sans raison qu’ils se sont ainsi baptisés, mais en hommage à Schubert et par affinité avec le romantisme allemand, leur répertoire de prédilection, dont le thème du « voyageur errant » est un leitmotiv. Par allusion aussi, comme ils le confient avec malice, avec la vie de musicien, riche en voyages intérieurs… et plus prosaïquement, rythmée par d’incessantes tournées! Vagabonds curieux, promeneurs insatiables, les jeunes musiciens français le sont aussi par leur esprit d’exploration musicale, qui les conduit à sillonner avidement les siècles de Haydn à Ravel et Copland

 

Trio WandererLes Wanderer sont des bien nommés. Ce n’est pas sans raison qu’ils se sont ainsi baptisés, mais en hommage à Schubert et par affinité avec le romantisme allemand, leur répertoire de prédilection, dont le thème du « voyageur errant » est un leitmotiv. Par allusion aussi, comme ils le confient avec malice, avec la vie de musicien, riche en voyages intérieurs… et plus prosaïquement, rythmée par d’incessantes tournées! Vagabonds curieux, promeneurs insatiables, les jeunes musiciens français le sont aussi par leur esprit d’exploration musicale, qui les conduit à sillonner avidement les siècles de Haydn à Ravel et Copland.

Mais la similitude avec le sombre et solitaire héros romantique, fort heureusement pour eux, s’arrête là…. Pour commencer, les trois comparses font rarement cavalier seul. Tant mieux, car leur amitié, scellée il y a treize ans par la fondation de l’ensemble, transparaît dans leurs notes et fait le prix de leur interprétation: un jeu d’une extraordinaire sensibilité, et une complicité presque télépathique. Enfin, pour filer –– et clore –– la métaphore, nos trois voyageurs n’ont pas hérité de la malédiction de l’artiste romantique : consacrés par la critique dès leurs premières prestations, ils n’ont cessé, depuis, d’être couverts d’éloges et de gloire. D’un professionnalisme rare, ils savent en outre mener leur carrière avec flair et intelligence : ils viennent d’être gratifiés de la protection de la Fondation Accenture dans un réseau de 48 pays; indéniablement, l’avenir leur sourit.

(avec l’aimable autorisation de Jeanine Roze Productions)

Les étapes

Premier prix de musique de chambre du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, le entre en 1988 dans la classe de Jean-Claude Pennetier. Il complète sa formation de 1990 à 1992 auprès de grands maîtres, Jean Hubeau en France, Menahem Pressler du Beaux-Arts Trio au Canada et le Quatuor Amadeus en Allemagne.

Après avoir remporté le concours ARD de Münich en 1988 et la Fischoff Chamber Music Competition en 1990, il débute sa carrière internationale par l’intégrale des trios de Beethoven à la Herkulessaal de Münich

Qualifié de « Wandering Star », en 1998, par la célèbre revue musicale « The Strad », le est depuis invité par les plus grandes scènes musicales – Philharmonie de Berlin, Théâtre des Champs-Elysées de Paris, Wigmore Hall de Londres, Scala de Milan, Library of Congress de Washington, Kioi Hall de Tokyo et dans de prestigieux festivals -Festival du Schleswig Holstein, Festival de la Roque d’Anthéron, Festival de Stresa, Festival d’ Osaka, Festival d’été de Salzburg…

De Pékin à Moscou en passant par Mexico ou le Caire, il a déjà fait cinq fois le tour du monde et s’est produit dans plus de soixante pays.

le Trio Wanderer a joué entre autres avec Yehudi Menuhin, Christopher Hogwood, Charles Dutoit ou James Conlon, accompagné, dans le répertoire de triples et doubles Concertos, par l’Orchestre National de France, le Radio Symphonie Orchester de Berlin, le Sinfonia Varsovia, le Gürzenich-Orchester de Cologne…

Parallèlement à ses concerts le Trio Wanderer a donné des master-classes en France, en Russie, aux Etats-Unis et en Europe de l’Est.

Outre de nombreux enregistrements pour la radio et la télévision (Radio France, BBC, ARD, Arte, France 2, Muzzik…) et deux disques pour Sony Classical, les Trios de Mendelssohn en 1995 et les Trios de Dvorak et Smetana en 1996, le Trio Wanderer a débuté en 1999 une nouvelle collaboration avec le Chant du Monde par les Trios de Chausson et de Ravel, suivi fin 2000 de l’intégrale des Trios de Schubert et du Triple Concerto de Beethoven en 2001.

Salué par les professionnels de la musique, le Trio Wanderer remporte une Victoire de la Musique en 1997 et est de nouveau plébiscité en février 2000 par une seconde Victoire, comme meilleure formation de musique de chambre de l’année.

Pour en savoir plus sur le trio wanderer : http://www.triowanderer.com

Plus de détails

Les Wanderer sont des bien nommés. Ce n’est pas sans raison qu’ils se sont ainsi baptisés, mais en hommage à Schubert et par affinité avec le romantisme allemand, leur répertoire de prédilection, dont le thème du « voyageur errant » est un leitmotiv. Par allusion aussi, comme ils le confient avec malice, avec la vie de musicien, riche en voyages intérieurs… et plus prosaïquement, rythmée par d’incessantes tournées! Vagabonds curieux, promeneurs insatiables, les jeunes musiciens français le sont aussi par leur esprit d’exploration musicale, qui les conduit à sillonner avidement les siècles de Haydn à Ravel et Copland

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.