Festivals, La Scène, Musique de chambre et récital

David Grimal & Vanessa Wagner, festival aux chandelles

Plus de détails

Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace). Festival aux chandelles. 9-VIII-2002. Wolfgang Amadeus Mozart : Sonate pour piano et violon K. 301 ; Ludwig van Beethoven : Sonate pour piano et violon n° 1, op. 12 n° 1 ; Robert Schumann : Sonate pour piano et violon n° 1, op. 105 ; Claude Debussy : Sonate n° 3 pour piano et violon. David Grimal : violon ; Vanessa Wagner : piano.

Entendre un Stradivarius est toujours quelque chose de magique. Quand en plus le concert se déroule dans un cadre extraordinaire, comme l’église de Saint-Pierre-sur-l’Hâte, sur les hauteurs de Sainte-Marie-aux-Mines, la féerie ne peut être que complète.

Pour le deuxième concert du cycle estival du festival aux chandelles, vendredi 9 août 2002, a fait entendre aux mélomanes venus en nombre les sonorités magiques de son Stradivarius de 1710 « ex Rœderer », accompagné au piano par la talentueuse .

C’est d’ailleurs par un des compositeurs de prédilection de la pianiste que débuta ce concert, avec la Sonate K. 301 de Wolfgang Amadeus Mozart, qui démontra tout de suite le talent des deux musiciens, le souffle du public étant accroché aux notes qui s’envolaient dans la nef de la petite église des mineurs.

Le concert se poursuivit par la Première sonate (opus 12 n° 1) en majeur de Ludwig van Beethoven, œuvre de jeunesse qui se situe dans un style proche mais néanmoins différent de la précédente.

Après l’entracte, les deux musiciens enchaînèrent sur la Première sonate en la mineur (opus 105) de Robert Schumann, œuvre de maturité du compositeur allemand. Enfin, l’une des ultimes partitions de Claude Debussy, la Sonate en sol mineur pour violon et piano termina ce concert.

Une fois de plus – et c’est également l’avis des deux musiciens – le festival aux chandelles de Saint-Pierre-sur-l’Hâte a démontré qu’il avait quelque chose de magique, que l’on ne trouve nulle part ailleurs : le cadre romantique, la proximité du public, le grésillement des chandelles, ajouté au fait que le public est accueilli par deux mineurs d’argent en tenue d’apparat du XIXème siècle, créent une sorte de magie, public et musiciens se retrouvant en communion dans un cadre hors du temps.

Plus de détails

Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace). Festival aux chandelles. 9-VIII-2002. Wolfgang Amadeus Mozart : Sonate pour piano et violon K. 301 ; Ludwig van Beethoven : Sonate pour piano et violon n° 1, op. 12 n° 1 ; Robert Schumann : Sonate pour piano et violon n° 1, op. 105 ; Claude Debussy : Sonate n° 3 pour piano et violon. David Grimal : violon ; Vanessa Wagner : piano.

Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.