Festivals, La Scène, Musique d'ensemble

Concerts de l’Ascension autour de la Vierge Marie

Plus de détails

Abbaye Royale de Fontevraud. 20-21 et 22-V-04. Heinrich Ignaz Franz von Biber (1644-1704) : Les Sonates de Mystères du Rosaire ; Rainer Maria Rilke (1875-1926): La vie de Marie ; Leonardo Leo (1694-1744) : Concerto pour violoncelle n°5 en fa mineur L.40 ; Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) : Salve Regina en ut mineur et Stabat Mater en fa mineur; Ars Antiqua Austria direction et violons : Gunar Letzbor ; Ricercart Consort direction : Philippe Pierlot ; Rainer Zipperling (violoncelle), Carlos Mena (Contre-ténor), Nuria Rial (Soprano), Jean-Marie Lorvellec (récitant).

abbaye_fontevraud_3-300x400Abbaye Royale de Fontevraud

Que ce soit à la Roque d’Anthéron, à La Folle Journée de Nantes, à la Grange de Meslay où ici à Fontevraud, les programmations de René Martin, ses choix artistiques, la qualité des artistes qu’il invite sont un bonheur sans cesse renouvelé. Il y a chez ce grand découvreur de talents, chez cet explorateur passionné de la musique et de la vie, une générosité et une énergie communicatives qui ne cessent de faire l’admiration tant du public que des artistes qui lui témoignent une fidélité et une amitié chaleureuse et profonde. La beauté du programme de Fontevraud et la qualité des interprètes invités en est une nouvelle preuve.

Les Sonates du Rosaire écrites par Heinrich Ignaz Franz von Biber en 1676 et dédiées à son protecteur le prince-archevêque Maximilian Gandolph ont donné lieu à une poignante interprétation de l’ensemble à géométrie variable Ars Antiqua Austria que dirige avec talent le violoniste autrichien ancien élève de Nikolaus Harnoncourt et de Reinhard Gœbel. Maîtrisant parfaitement et avec une grande liberté d’expression l’exigence virtuose et technique voulue par le compositeur ainsi que l’écriture dramatique de l’œuvre, a su restituer l’intensité et la profondeur de cette poignante méditation sur la vie du Christ et de Marie. Ses violons bénis ont révélé les saisissantes sonorités et les couleurs bouleversantes de ces trois ensembles de cinq sonates écrites selon la technique de la « scordatura » (accord variable des cordes adapté à chaque pièce jouée) jusqu’à la brillantissime Passacaille finale sans accompagnement, véritable chef-d’œuvre violonistique. Entre les Sonates, le comédien Jean-Marie Lorvellec récitait des extraits de La Vie de Marie du poète .

L’excellent ensemble Ricercart Consort grand explorateur de la musique baroque que l’on écoute toujours avec attention tant ses musiciens dirigé par un fin, inspiré et généreux — comme toujours — élèvent le niveau de l’interprétation, a offert un Salve Regina et un Stabat Mater de Pergolese emplis d’humanité, d’élévation spirituelle et de profondeur. La cohésion, l’équilibre, l’intériorité musicale voulues par le chef s’accordaient magnifiquement à cet acte de foi bouleversant qu’est le Stabat Mater qualifié de « divin poème de la douleur » par Bellini. Chaque musicien était à sa place, s’exprimant librement dans le climat de confiance créé par la qualité de la direction de . Il y avait toute la ferveur ardente et la grande souplesse vocale de la jeune et ravissante soprano espagnole qui se jouait des difficultés de la partition avec maestria. Elle était en duo avec l’immense talent, la pudeur, le recueillement et la voix bénie des anges du contre-ténor dont on ne dira jamais assez combien cet homme discret, sincère et profond bouleverse le cœur des spectateurs avec sa voix qui tient du miracle. Son Salve Regina était également d’une expression et d’une densité bouleversantes.

Le violoncelliste Rainer Zipperling qui travaille régulièrement avec , le Ricercart Consort, le Leonard Consort, (rien que des excellents ensembles) a offert, accompagné par le Ricercart Consort un subtil et passionnant Concerto pour violoncelle n°5 en fa mineur L.40 de Leonardo Leo, une œuvre rarement présentée et qui mérite d’être connue par ses qualités expressives et mélodiques, son sens du chant instrumental et sa très belle virtuosité. Rainer Zipperling a fait chanter son violoncelle avec une souplesse et une élégance raffinée remarquables tandis que Philippe Pierlot continuait dans un équilibre juste et parfait.

Plus de détails

Abbaye Royale de Fontevraud. 20-21 et 22-V-04. Heinrich Ignaz Franz von Biber (1644-1704) : Les Sonates de Mystères du Rosaire ; Rainer Maria Rilke (1875-1926): La vie de Marie ; Leonardo Leo (1694-1744) : Concerto pour violoncelle n°5 en fa mineur L.40 ; Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) : Salve Regina en ut mineur et Stabat Mater en fa mineur; Ars Antiqua Austria direction et violons : Gunar Letzbor ; Ricercart Consort direction : Philippe Pierlot ; Rainer Zipperling (violoncelle), Carlos Mena (Contre-ténor), Nuria Rial (Soprano), Jean-Marie Lorvellec (récitant).

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.