Banniere-ClefsResmu-ok

Le génie de Chostakovitch par Vladimir Ashkenazy

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Dimitri Chostakovitch : Œuvres pour piano et arrangements. Vladimir Ashkenazy : Piano. 1 CD. DECCA. 470 649-2. 61’44’’. DDD surround. 2004.

 

Le génie de Chostakovitch

Lorsque deux légendes de la musique russe du XXème se rencontrent, le choc fait immanquablement des étincelles. C’est ici le cas avec cet enregistrement chez Decca d’œuvres pour piano de interprétées par .

Né en 1906 au sein d’une famille cultivée, le jeune Dimitri commençe l’apprentissage du piano neuf ans plus tard, avec sa mère, pianiste professionnelle. En 1919, il entre au Conservatoire de Petrograd pour étudier le piano et la composition. Ses premières œuvres datent d’ailleurs de cette même année. En 1927, sa notoriété est déjà telle que le gouvernement russe lui commande une symphonie (n°2) afin de célébrer le 10ème anniversaire de la Révolution d’octobre. En 1943, il s’installe à Moscou et y enseigne au conservatoire tout en composant de façon intensive. A sa mort, en 1975, il laisse à la postérité 147 œuvres, dont 15 symphonies, 15 quatuors à cordes, 6 concertos, 3 opéras et 3 ballets.

Le pianiste et chef d’orchestre vit quant à lui le jour à Gorki le 6 juillet 1937. Il fait de brillantes études et remporte des prix prestigieux. En 1963, il passe à l’Ouest et s’installe à Londres avec sa famille. Sa discographie est impressionnante ainsi que toute sa carrière. En tant que chef d’orchestre, il dirige le Royal Philarmonic de Londres de 1987 à 1994 et à partir de 1989 il est le chef permanent du Deutsche Symphonie-Orchester. Notons que certains arrangements présentés dans ce disque sont l’œuvre de .

L’enregistrement débute avec une étincelante interprétation de la Sonate pour piano n°2 op. 61 datée de 1942. D’emblée, l’auditeur se rend compte que ce CD répond à toutes les attentes, l’exceptionnelle virtuosité et la très grande sensibilité musicale du pianiste trouvant ici matière à s’exprimer librement. Changement de style, ensuite, avec Trois danses fantastiques op. 5 qui sont certainement les œuvres courtes les plus connues du compositeur. Datant de la même époque, les années où Chostakovitch était encore étudiant, les Cinq Préludes montrent encore une autre facette du talent du compositeur, chaque pièce formant un tout complet. Elles sont suivies d’une remarquable Valse lyrique « la Danse des poupées », légère mais néanmoins élégante. Viennent ensuite deux extraits de la musique du film Le Gadfly, op. 97 (une Pièce courte et une Danse espagnole) ainsi que le Nocturne de la comédie-ballet Le Fleuve clair op. 39. Retour à un genre moins immédiat avec les Aphoriques op. 13 composés de dix petits morceaux indépendants les uns des autres (récitatif, sérénade, nocturne, élégie, marche funèbre, étude, danse de la mort, canon, légende et berceuse). L’enregistrement se termine par une œuvre aérienne, la Polka du ballet L’Age d’or op. 22 et invite l’auditeur à conclure son écoute sur une impression de grâce et de légèreté.

Nul doute que ce CD qui frise la perfection — tant par le jeu de l’artiste que par la qualité du son et le choix des œuvres proposées — restera dans les annales comme une référence des enregistrements des pièces pour piano de . Il est accompagné d’un petit livret en anglais, français et allemand, présentant brièvement le compositeur et les œuvres enregistrées. Seul petit bémol, le lecteur reste sur sa faim quant à la biographie du pianiste, inexistante. Mais est-il besoin de présenter une légende vivante ?

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.