À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Liszt dans son contexte par Jos van Immerseel

Plus de détails

Franz Liszt (1811-1886) : Poèmes symphoniques n°3 « les Préludes » et 6 « Mazeppa », Rhapsodies Hongroises n°1 et 3, Totentanz, Von der Wiege bis zum Grabe. Rian de Waal, piano. Ensemble Anima Eterna, direction : Jos van Immerseel. 1 CD Zig-Zag Territoires ZZT041102 (distribué par Harmonia Mundi) © 2004

 

Les Clefs ResMusica

Sous la direction de , les grandes pages pour orchestre de . Il s’agit d’œuvres pour la plupart extrêmement connues. L’intérêt d’en offrir un nouvel enregistrement? Il s’agit là d’une vision historique de ces monuments de la musique symphonique : interprétation sur des instruments d’époque, mais également relecture des œuvres à la lumière des écrits du compositeur (correspondance avec ses amis, Des Bohémiens et de leur Musique en Hongrie), travail sur les dernières partitions éditées du vivant de Liszt, étude de ses annotations …

Certains thèmes de Mazeppa, la première Rhapsodie Hongroise, Totentanz ont tellement été joués et utilisés qu’ils font maintenant partie de la mémoire collective. Cet enregistrement en offre une approche extrêmement intéressante, car elle permet de toucher du doigt la musique de Liszt telle qu’il l’a réellement écrite : chez ce compositeur, comme chez beaucoup de ses contemporains, le choix des timbres, des tempi, des nuances était d’une importance capitale. L’interprétation sur instruments d’époque peut parfois être discutable, en particulier lorsqu’il s’agit d’œuvres pour lesquelles le compositeur lui-même pouvait changer l’orchestration en fonction des moyens dont il disposait, du contexte, du public. Liszt, quant à lui, a cherché pour ses œuvres symphoniques une écriture qui lui permette de mettre au service de sa musique chaque timbre, chaque association d’instruments : dans ce cadre-là, la démarche historisante prend toute sa valeur, historique et musicologique, bien sûr, mais également musicale : Dans Mazeppa, par exemple, les cordes sont en nombre relativement restreint, ce qui leur donne un son proche de la musique de chambre, tandis que les cuivres, imposants, remplissent tout l’espace sonore. Le poème symphonique oscille entre une douceur grinçante et une énergie chaleureuse, puissante. Quelle différence avec les interprétations habituelles!

A souligner également, un livret très complet et très intéressant : en plus de l’habituelle présentation du compositeur et des œuvres, on y trouve le résumé d’un texte écrit par pour les musiciens d’Anima Eterna comme introduction au travail des œuvres du disque. Chaque œuvre y est abordée, avec des précisions techniques et musicologiques. Suivent les témoignages de quelques musiciens sur cette aventure.

La musique et son interprétation sont belles, la démarche est intéressante, le livret est instructif et convivial … que dire de plus?

Plus de détails

Franz Liszt (1811-1886) : Poèmes symphoniques n°3 « les Préludes » et 6 « Mazeppa », Rhapsodies Hongroises n°1 et 3, Totentanz, Von der Wiege bis zum Grabe. Rian de Waal, piano. Ensemble Anima Eterna, direction : Jos van Immerseel. 1 CD Zig-Zag Territoires ZZT041102 (distribué par Harmonia Mundi) © 2004

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.