À emporter, Essais et documents, Livre

Les voix étouffées du IIIe Reich

Plus de détails

Les voix étouffées du IIIe Reich. Entartete Musik. Amaury du Closel. Actes Sud, Arles. 575 pages. ISBN 2742752641. Dépôt légal : janvier 2005.

 

Les Clefs ResMusica

Actes Sud

, , , , , , – qui connaît encore les noms de ces compositeurs? Et pourtant ils avaient étudié avec , Béla Bartók, Zoltán Kodály ou Arnold Schœnberg, leurs premières œuvres avaient été créées par les plus grands chefs de l’époque, par Wilhelm Furtwängler, George Szell ou Carl Schuricht. Mais leurs voix ont été étouffées par les nazis – parce qu’ils étaient juifs ou d’origine juive, communistes ou bien parce que leur musique était considérée comme «dégénérée» (entartet). S’ils n’ont pas trouvé la mort dans un camp de concentration, ils ont dû fuir l’Allemagne d’Hitler. Loin de leur patrie, de leurs amis et mécènes, de leur public enfin, dans des pays qui, souvent, ne les accueillaient pas à bras ouverts, ils ont pu survivre à la guerre. Mais leur carrière, dans la plupart des cas, a été brisée.

C’est le grand mérite des «Voix étouffées» d’Amaury du Clozel de ne pas se limiter aux quelques cas plus ou moins connus – Erich Wolfgang Korngold, Arnold Schœnberg, Kurt Weill – mais de nous dresser le portrait d’environ 200 compositeurs. Nous faisons ainsi la connaissance d’une génération extrêmement riche de compositeurs, constituant une clé pour la compréhension de l’histoire de la musique du XXe siècle, mais condamnée à l’oubli par la volonté d’un régime dictateur. Le plan de cette étude est d’une clarté exemplaire. Dans une première partie, du Clozel présente l’arrière-fond théorique et idéologique qui mène au concept de la «musique dégénérée». Une deuxième partie est consacrée à l’épuration du monde musical allemand après 1933, aux institutions et législations permettant à l’Allemagne nazie de se débarrasser de ces «éléments indésirables».

La troisième partie – la plus longue – porte le titre de «destins». L’auteur nous y décrit les conditions de vie des compositeurs exilés en France, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en Union soviétique ou encore au Japon et en Amérique latine. Si les Etats-Unis se sont montrés plutôt accueillants, des pays tels que la France et l’Angleterre, peu favorables à l’immigration, ont tout fait pour rendre encore plus difficile la vie des compositeurs réfugiés. En 1939, nombre d’entre eux ont même été internés dans des camps, parce qu’ils étaient des ressortissants de l’Allemagne ennemie! Un autre chapitre est consacré à l’une des situations les plus paradoxales de cette époque, à la vie musicale dans les camps de concentration. A Terezin notamment, des compositeurs tels que , , ou Rudel Karel ont créé des œuvres que, cette fois, l’on donne encore aujourd’hui dans les maisons d’opéra et dans les salles de concerts.

Les voix étouffées du IIIe Reich d’Amaury du Clozel est une étude riche et détaillée qui, cependant, ne se perd jamais dans les détails. Grâce à un style clair et particulièrement agréable à lire, elle est accessible à un large public. Elle nous présente le sort des compositeurs sans sombrer dans une personnalisation exagérée, sans jamais négliger le contexte historique, institutionnel et idéologique. L’ouvrage est le premier du genre publié en français ; il sera un ouvrage de référence.

Plus de détails

Les voix étouffées du IIIe Reich. Entartete Musik. Amaury du Closel. Actes Sud, Arles. 575 pages. ISBN 2742752641. Dépôt légal : janvier 2005.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.