Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 14-IV-2005. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Kyrie KV 322  ; Chœurs et entractes pour Thamos, König von Ägypten KV 345 ; Litaniae de venerabilis altaris sacramento KV 243. Carolyn Sampson, soprano ; Christianne Stotijn, alto ; Markus Schäfer, ténor ; Michael Volle, basse. Akademie für alte MusikBerlin, Rias Kammerchor, direction : Daniel Reuss.

Rias Kammerchor

Etape d’une tournée européenne, nous retrouvons ce soir au Beaux-Arts le accompagné par l’, ensembles berlinois du plus haut niveau. Ils nous proposent des œuvres méconnues de Mozart qui figurent pourtant parmi les plus grandes créations de son génie, de la période où il n’est plus un enfant sans être encore un adulte. LeKyrie KV 322 fait partie d’une ébauche de messe que Mozart projetait d’écrire lors de son séjour à Mannheim. Le style religieux, pur, noble, tout en restant simple, était entièrement conforme aux exigences et convenances de l’Eglise. L’orchestre remplit très bien son rôle d’accompagnement : les deux violons, tantôt à l’unisson, tantôt en imitations, tracent, dans un prélude de quatre mesures, le thème qui sert de base à toute l’œuvre et qu’ils ornent avec sobriété et richesse. Les vents soulignent les entrées, soutiennent l’ensemble et le scandent de leurs appels. Le solo de lors du Christe, qui prélude déjà d’une très belle prestation, est ensuite reproduit par , qui est restée tout le long du concert stoïque et rivée à sa partition sans jamais arriver à s’imposer.

Autre œuvre majeure au programme, nous entendons les chœurs et entractes de Thamos, König von Ägypten KV 345. Le thème de la pièce de Gebler est d’obédience franc-maçonne et se passe dans l’Egypte de l’Antiquité, à Héliopolis (ville du soleil). Elle démontre déjà l’intérêt de Mozart pour la franc-maçonnerie, même s’il ne fait encore à ce moment parti d’aucune obédience. La parenté des thèmes avec ceux de son opéra La Flûte enchantée est frappante. Le chœur du Verbum caro factum qui inaugure les Litaniae de venerabilis altaris sacramento KV 243 et les soli mêlés de chœurs de l’Hostia sancta rappellent tout à fait, par leur chant et leur accompagnement, les compositions instrumentales de la même période.

Tous les yeux sont rivés sur la délicieuse , qui capte l’auditoire tant par son sourire radieux et son aura que sa voix cristalline. En revanche, l’alto nous apparaît très distante et froide alors que la soprano se laisse bercer par la musique et, toujours souriante, illumine le podium par sa douceur et sa béatitude. D’autre part, nous livre un Panis vivus très virtuose, sans lenteurs ni vocalises brutales tout en maintenant une diction naturelle et très intelligible.

La direction discrète, mais néanmoins très précise de nous offre un Mozart vif, frais, incisif et rythmique qui envoûte littéralement le public ; jamais les cuivres ne nous semblent envahissants, cependant le hautbois aurait pu se faire un peu plus discret lors de certaines de ses interventions. Le RIAS est visiblement au plus haut de sa forme ce soir avec une pureté vocale, une homogénéité hors du commun. Ces différents ensembles sont récompensés par de chaleureux applaudissements, frisant une standing ovation.

Crédit photographique : © roc berlin

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 14-IV-2005. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Kyrie KV 322  ; Chœurs et entractes pour Thamos, König von Ägypten KV 345 ; Litaniae de venerabilis altaris sacramento KV 243. Carolyn Sampson, soprano ; Christianne Stotijn, alto ; Markus Schäfer, ténor ; Michael Volle, basse. Akademie für alte MusikBerlin, Rias Kammerchor, direction : Daniel Reuss.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.