Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

La redécouverte du Canon de Pachelbel

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 25-IV-2005. Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Konzert für 3 Trompeten ; Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Concerto Grosso, op. 3/2 ; Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Concerto pour 2 violons et cordes, BWV 1043 ; Johann Pachelbel (1653-1706) : Kanon & Gigue für 3 Violinen & B. C.  ; Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Suite pour orchestre n° 3, BWV 1068. Stephan Mai : Konzertmeister ; Midori Seiler : Violon ; Georg Kallweit : Violon ; Akademie für alte Musik Berlin.

Festival du Printemps baroque

A l’occasion de son Xe anniversaire, le Festival du Printemps baroque du Sablon change légèrement ses habitudes et nous propose de retrouver quelques pages de référence du répertoire baroque. Nous redécouvrons ces œuvres dans une orchestration originale aux couleurs d’antan.

Nous commençons avec Telemann, un des compositeurs les plus prolifiques de l’époque. C’est un peu un des compositeurs charnière entre le style baroque tardif et les débuts du classicisme. Ce concerto pour 3 trompettes s’articule en quatre mouvements, au cours desquels les trompettes alternent avec les ritournelles de l’orchestre. Les solistes placés derrière les musiciens maintiennent l’équilibre sonore de la composition et font part d’une grande délicatesse dans leurs interventions. Leurs attaques sont précises et fines.

Nous poursuivons la soirée avec un concerto grosso de Haendel. Le principe d’un concerto grosso est d’opposer deux groupes instrumentaux : le concertino (solistes) et le ripieno (orchestre). Aux cordes et au continuo s’ajoutent deux hautbois, deux violons et deux violoncelles solistes. Ces groupes jouent parfois à l’unisson mais, la plupart du temps s’opposent et se partagent la mélodie dans un dialogue qui se transforme en variations. Cette forme musicale n’a pas été inventée par Haendel ; mais on peut considérer qu’il l’a porté à un niveau élevé de perfection. Le moment est venu d’écouter le Concerto pour deux violons de Bach. Seul « double concerto » de Bach qui nous soit parvenu, on y reconnaît le style italien très marqué, dont les accents évoquent l’écriture de Vivaldi. Contrairement à la majorité des œuvres du genre qui ont pour fonction de mettre en valeur la virtuosité des solistes, ce concerto est un discours entre les 2 violons, sans hiérarchie entre eux, au sein d’une trame orchestrale.

Tout comme le concerto grosso, la polyphonie est très claire et bien mise en évidence. Les deux solistes nous offrent une prestation de qualité même si on regrette un peu que soit, à quelques moments, un peu en retrait par rapport aux autres musiciens. L’œuvre suivante, présente dans tous les hit-parades de la musique classique, n’est plus à présenter, et est sans doute l’œuvre la plus célèbre de Pachelbel. Ceux qui espéraient entendre une version romancée du Canon de Pachelbel, chef d’œuvre du contrepoint et de la variation sont déçus d’être confrontés à cette instrumentation authentique. Les trois violons développent un implacable canon, par section de deux mesures, et se conclut par une brève gigue, le tout dans un style baroque des plus purs. Pour terminer le concert, l’ensemble nous propose la Troisième Ouverture de Bach, petite musique de cour qui accompagnait le faste des cérémonies princières à Köthen. Conçue sans sarabande ni, courante, cette suite orchestrale s’éloigne du modèle de la suite de l’époque.

Malgré le programme d’apparence très populaire, il ne faut pas voir une manœuvre commerciale de l’organisation pour attirer les foules, mais bien une démarche de redécouverte du répertoire par des musiciens qui ont eu, ces dernières années, une démarche musicologique intéressante. Chacun a redécouvert ce magnifique répertoire par le style bien caractéristique de l’ et aux tempos allants, sans lourdeurs et sans complaisance pour ce que le public aurait pu en attendre.

(Visited 248 times, 1 visits today)

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 25-IV-2005. Georg Philipp Telemann (1681-1767) : Konzert für 3 Trompeten ; Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Concerto Grosso, op. 3/2 ; Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Concerto pour 2 violons et cordes, BWV 1043 ; Johann Pachelbel (1653-1706) : Kanon & Gigue für 3 Violinen & B. C.  ; Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Suite pour orchestre n° 3, BWV 1068. Stephan Mai : Konzertmeister ; Midori Seiler : Violon ; Georg Kallweit : Violon ; Akademie für alte Musik Berlin.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.