Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 6-VI-2005. Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuor en si bémol majeur « Lever de soleil » opus 76/4, Hob. III : 78 ; Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Quatuor à cordes n° 10 en la bémol majeur opus 118 ; Antonin Dvorak (1841-1904) : Quatuor à cordes n° 12 en fa majeur « Américain » opus 96. Jerusalem Quartet (Alexander Pavlovsky, 1er violon ; Sergei Bresler, 2nd violon ; Amihai Grosz, alto ; Kyril Zlotnikov, violoncelle).

Ce groupe de jeunes superstars, tous âgés d’une vingtaine d’années, a la réputation de former un des plus prometteur et des plus intéressant quatuor à cordes de sa génération. C’est au sein du Jerusalem Music Center et de l’America-Israel Cultural Foundation, et en collaboration avec le conservatoire du Rubin Academy of Music and Dance, que le quatuor fut fondé. Ils ont à leur actif de nombreux enregistrements de compositeurs comme Beethoven, Haydn, Chostakovitch et Schumann. Notons qu’en 2006, le quatuor entamera un cycle Chostakovitch à l’occasion du centième anniversaire de la naissance du compositeur, au Concertgebouw d’Amsterdam, au Wigmore Hall de Londres, au Konzerthaus Berlin et lors du Vancouver Recital Series.

peut légitimement être considéré comme le père fondateur du quatuor à cordes, lui qui le porta à un degré d’achèvement que seul Mozart a égalé à son époque. Le quatuor qui nous est proposé ce soir fait partie de ses plus belles créations. L’écriture est concertante, homophone, contrapuntique et explore toutes les possibilités expressives du genre. C’est délibérément une version très romantique de Haydn que le nous propose ce soir ; leur archet manque parfois un tantinet de légèreté, mais sert beaucoup mieux Chostakovitch et Dvorak. Si le Menuetto regorge parfois de quelques clichés malheureux, leur exubérance juvénile nous charme et nous emmène loin des carcans habituels des concerts de ce type. Ils privilégient une interprétation personnelle au respect strict du style habituel.

Un autre géant du répertoire pour quatuor à cordes, qui nous est proposé ce soir, est . Les musiciens restituent avec emphase l’ampleur symphonique que le compositeur insuffla dans ses derniers quatuors. Chostakovitch assimila autant l’héritage formel de Beethoven que celui des écoles nationales russes. Dans ce quatuor, il instaura une atmosphère chaleureuse, à l’image de l’amitié qui le liait au dédicataire de l’œuvre, le compositeur Moïse Vainberg.

Pour terminer le concert, le nous propose une autre œuvre de maturité : le quatuor « Américain » d’Antonin Dvorak. Composée peu après la très célèbre Symphonie du Nouveau Monde, cette œuvre vit le jour dans la beauté tranquille de la campagne américaine. Fondement de nombreux chants du folklore américain, la gamme pentatonique est très largement utilisée pour le développement des deux idées mélodiques qui inondent cette œuvre.

Plus de détails

Bruxelles. Palais des Beaux-Arts. 6-VI-2005. Joseph Haydn (1732-1809) : Quatuor en si bémol majeur « Lever de soleil » opus 76/4, Hob. III : 78 ; Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Quatuor à cordes n° 10 en la bémol majeur opus 118 ; Antonin Dvorak (1841-1904) : Quatuor à cordes n° 12 en fa majeur « Américain » opus 96. Jerusalem Quartet (Alexander Pavlovsky, 1er violon ; Sergei Bresler, 2nd violon ; Amihai Grosz, alto ; Kyril Zlotnikov, violoncelle).

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.