Plus de détails

Douchy-les-Mines, salle Fernand Léger. 17-VI-2005. Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) : Concerto pour violon en ré majeur opus 35. Thierry Escaich (né en 1965) : Chaconne. Maurice Ravel (1875-1937) : Daphnis et Chloé, suite n°2. Christian Tetzlaff, violon. Orchestre National de Lille, Région Nord/ Pas-de-Calais, direction : Jean-Claude Casadesus.

La salle Fernand Léger était bondée ce soir pour la venue de l’ en ouverture du festival « Vitaville » qui devait animer tout le week-end dans la ville de Douchy-les-Mines. Dans son discours d’avant concert, le maire de la ville, Michel Lefebvre a expliqué que l’argent ne devait pas être un obstacle à l’accès à la culture de haut niveau. Soulignons donc les mérites de la municipalité qui a réussi à faire de la venue de l’ONL un véritable événement populaire en proposant toutes les places à 4 € (1 € pour les enfants), tarif peu courant pour entendre un soliste du niveau de , accompagné par un orchestre au grand complet.

Le violoniste allemand donne une interprétation rythmée et très engagée du concerto de Tchaïkovski. Son jeu physique, malgré quelques traits savonnés, fait belle impression dans un premier mouvement à la cadence âpre et musclée, qui culmine dans une coda orgiaque, véritable corps à corps entre un violon hyper actif et un orchestre ample et majestueux.

Le tonnerre d’applaudissement qui a suivi ce premier mouvement semble avoir déconcentré une partie des vents qui donnent une introduction assez pataude à la canzonetta, ils se rattraperont heureusement par la suite. Ce deuxième mouvement est marqué par le beau cantabile du violoniste, qui phrase avec beaucoup de douceur et de mélancolie, ce qui compense une sonorité pas toujours très jolie, assez terne et étriquée. On retrouve les meilleures qualités de Tetzlaff dans le finale : engagement, sens du rythme, brio, et une virtuosité qui reste toujours musicienne malgré quelques fautes d’archet. Le dialogue avec l’orchestre est parfait, l’atmosphère populaire et festive du mouvement étant très bien rendue.

Après la pause, l’ONL peut faire admirer la beauté de ses pupitres dans la splendide Chaconne de , compositeur en résidence à Lille. Cette pièce à l’orchestration spectaculaire et à la structure limpide, est une série de variations sur un thème d’allure modale. L’atmosphère est plutôt nocturne et les effets de timbre assez fascinants. Compte-rendu de la création de l’œuvre à suivre ici.

Le concert se termine avec la deuxième suite tirée de Daphnis et Chloé, que Jean Claude Casadesus dirige avec l’élégance nonchalante et sensuelle qui donne tout son sel à cette partition luxuriante. Le meilleur moment de ce concert sera sans conteste un Lever du jour tendre, aux timbres ensorcelants, dans lequel les talents de coloriste du chef nordiste et de ses musiciens font merveille.

Encore une fois, les conditions de ce concert n’étaient pas des plus faciles : chaleur étouffante, bruits de ventilation et de circulation, mais l’ONL s’est montré digne du mot d’ordre de son chef : « Porter la musique partout où elle peut être entendue ».

Crédit photographiques : © DR

(Visited 60 times, 1 visits today)

Plus de détails

Douchy-les-Mines, salle Fernand Léger. 17-VI-2005. Piotr Illitch Tchaïkovski (1840-1893) : Concerto pour violon en ré majeur opus 35. Thierry Escaich (né en 1965) : Chaconne. Maurice Ravel (1875-1937) : Daphnis et Chloé, suite n°2. Christian Tetzlaff, violon. Orchestre National de Lille, Région Nord/ Pas-de-Calais, direction : Jean-Claude Casadesus.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.