tous les dossiers(1)

Saint-Exupéry en musique

Festivals, La Scène, Spectacles divers

Fuveau, Gouste Soulet. 13-VII-2005. Vol de nuit, spectacle littéraire et musical sur des extraits de Lettre à ma mère, Lettre à un otage, Terre des hommes et Vol de nuit d’Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944). Isaac Albeniz (1860-1909) : Tango (arr. Fritz Kreisler). Manuel de Falla (1876-1946) : Berceuse et Polo (extraits de la Suite Espagnole) ; Danse de la Vida Breve. Gabriel Fauré (1845-1924) : Elégie. Jules Massenet (1842-1912) : Méditation de Thaïs. Maurice Ravel (1875-1937) : Pavane pour une Infante défunte. Mise en scène : Hervé du Belloy ; costumes : France du Belloy. Récitante : Marie-Christine Barrault ; violon : Gaëtane Prouvost ; piano : Yves Henry.

Vol de nuit par

Le « Concert sous la Tonnelle »… L’appellation est inconnue, et pourtant ce jour en est la 15ème édition. Chaque année au domaine du Gouste Soulet est organisé un concert. Le lieu, perdu dans le massif de l’Etoile, face à la montagne Sainte-Victoire, semble retiré de tout malgré la proximité des villes d’Aix-en-Provence et de Marseille. Le public y est nombreux et fidèle en dépit de l’absence de publicité. Tout se fait par bouche-à-oreille, invitation personnelle, … Peut-être n’était-ce pas plus mal puisque les organisateurs ont éprouvé quelques difficultés à faire tenir assis les 700 personnes qui se sont précipitées ce soir pour applaudir .

Mêler littérature et musique sous une forme de « récital récité », l’idée n’est pas nouvelle et ce genre de spectacle hybride peut rapidement plonger dans l’abscons ou le décousu s’il n’y a pas de fil directeur sur le choix des textes et un minimum d’homogénéité stylistique pour la musique. Les concepteurs de cette soirée ont su éviter cet écueil, aidés en cela par la formidable présence scénique de Marie-Christine Barrault, présente sans discontinuité tout le long de cette pièce et toujours stoïque malgré les hurlements intempestifs d’un téléphone portable mal endormi.

Les textes d’Antoine de Saint-Exupéry – auteur finalement bien peu connu, dont le Petit Prince a effacé les autres écrits- sont regroupés autour des thèmes de l’attente, de l’espoir et de l’humanité. Les passages musicaux servent de transition mais Hervé du Belloy, en faisant réciter Marie-Christine Barrault sur la musique, ne considère pas les exécutants comme de simples illustrateurs. La musique fait partie du drame, elle ne sert pas seulement à « faire joli », et les musiciens participent à l’action.

On regrettera peut-être que les musiciens n’aient pas plus joué. Si ce n’est une certaine raideur passagère dans le Tango d’Albeniz-Kreisler, (qui doit se déplacer en même temps qu’elle joue) sait se montrer tour à tour virtuose (Polo, Danse de la Vida Breve) ou fine coloriste dans la Pavane pour une Infante défunte, poignante pièce toute en demi-teintes qui clôt le spectacle. , pianiste talentueux aux trop rares apparitions, est un accompagnateur hors-pair, qui sait être présent sans être envahissant.

Ce beau spectacle empli d’humanité figurera parmi les croisières musicales organisées par Dominique de Williencourt. Ne doutons pas qu’il ne tardera pas à être repris rapidement.

Crédit photographique : © DR

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.