Concerts, La Scène, Musique symphonique

Concerts Golijov/Chostakovitch/Tchaïkovsky des 28 et 29 septembre 2005

Plus de détails

Paris, théâtre Mogador. Mercredi 28 et jeudi 29 septembre 2005 à 20h. Osvaldo Golijov (1960), Last Round, pour double orchestre à cordes (1996). Dimitri Chostakovitch (1906-1975), Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1, en mi bémol majeur, opus 107 (soliste : Natalia Gutman). Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893), Symphonie n° 4, en fa mineur, opus 36. Orchestre de Paris, direction : Miguel Harth-Bedoya.

Crédit photographique : DR

Concerts Golijov/Chostakovitch/Tchaïkovsky des 28 et 29 septembre 2005.Pour inaugurer notre rubrique « travail d’orchestre », nous avons choisi les concerts des 28 et 29 septembre prochains au théâtre Mogador où le chef d’orchestre péruvien, dirige l’ dans un programme dense. Le premier compositeur à l’affiche n’est pas le plus connu. Mais il est familier du chef qui a dirigé son opéra en un acte Ainadamar au Walt Disney Hall. est un compositeur argentin (né en 1960) dont l’ jouera Last Round pour double orchestre à cordes. La partition est dédiée à Astor Piazzolla dont un hommage de quatorze minutes préludera au concert proprement dit. Golijov enseigne au collège Holly Cross de Worcester, à Boston et à Tanglewood. Il a travaillé avec le Kronos Quartet. Son travail musical en tant que compositeur recueille les musiques d’origine diverse qui ont marqué sa carrière : tradition occidentale, juive, rythmes extra européens d’Amérique Latine, en particulier ceux du tango.

Last round composé en 1996 et dont la version pour orchestre à cordes a été créée par Seiji Osawa et le Boston Symphony orchestra en 2000, confronte l’effectif de l’orchestre à la sonorité et aux climats de Piazzola, en particulier les cordes s’identifient au chant du bandonéon, tout en exprimant la violence et le lyrisme nostalgique du réformateur du Tango.

pour sa part, après les concerts parisiens, reprendra la direction d’Ainadamar pour l’Opéra de Santa Fe avec Dawn Upshaw dans le rôle-titre. Diplômé de la Juilliard School de New York, le jeune chef né à Lima est quasiment inconnu du public Français. Lauréat du « 2002 Seaver/NEA Conductors Award », il est actuellement directeur du Fort Worth Symphony et directeur musical de l’Auckland Philharmonia en Nouvelle-Zélande. Les deux concerts de septembre sont donc une excellente opportunité pour mesurer son charisme et sa personnalité. D’autant que les deux autres œuvres inscrites au programme offrent plusieurs autres défis : le premier Concerto pour violoncelle de Chostakovitch (soliste : ), enfin la Quatrième Symphonie en fa mineur de Tchaïkovski.

La partition de Chostakovitch n’est pas le fruit d’une programmation hasardeuse. En 1906 naissait . 2006 qui marque son centenaire devrait enfin restituer au compositeur la place qu’il mérite dans le panthéon des grands auteurs du XXème siècle. L’Orchestre de Paris commémore déjà l’événement avec les concerts des 28 et 29 septembre qui sont le préambule à la prochaine saison de célébration musicale dont voici les étapes. A noter que les Parisiens retrouveront Miguel Harth-Bedoya et pour le premier concerto pour violoncelle en septembre 2005 : Symphonie n° 15 (21 et 22 septembre 2005, direction : Claus Peter Flor), Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1 (28 et 29 septembre 2005, direction : Miguel Harth-Bedoya, soliste : Natalia Gutman), Concerto pour violon et orchestre n° 2 (7 février 2006, direction : Christoph Eschenbach, soliste : Gidon Kremer), Concerto pour violon et orchestre n° 1 (8 et 9 mars 2006, direction : Esa-Pekka Salonen, soliste : Maxim Vengerov).

Discographie de l’Orchestre de Paris

Les fans de la phalange parisienne pourront retrouver la sonorité des instruments et l’allant du chef au disque. Voici un florilège de leurs récents enregistrements :

Hector Berlioz, Symphonie Fantastique (2002, Naïve)

Anton Bruckner, Symphonie N°4 « romantique » (2003, live, Ondine)

Pascal Dusapin, 7 études pour piano, A Quia pour piano et orchestre (Ian Pace, piano. Double CD + DVD, 2004, Naïve). Chroniqué sur ResMusica.

Maurice Ravel, Alborada del gracioso, Pavane pour une infante défunte, Gaspard de la nuit, Menuet antique, Le Tombeau de Couperin (2004, Ondine)

Marc-André Dalbavie, Ciaccona, Color, Concerto pour violon et orchestre (Eiichi Chijiiwa, violon. 2005, Naïve)

Giuseppe Verdi, La Traviata Festival d’Aix-en-Provence 2003. Yutaka Sado, direction – Peter Mussbach, mise en scène. Avec Mireille Delunsch. CD et DVD, 2005 chez Harmonia Mundi et Bel Air Classiques. Chroniqué sur ResMusica.

A paraître :

Luciano Berio, Rendering, Stanze. Christoph Eschenbach, piano et direction, Dietrich Henschel, baryton. chez : Ondine,

Alexander von Zemlinsky, Symphonie Lyrique, lieder. Melanie Diener, soprano, Matthias Gœrne, baryton. chez : Capriccio

Albert Roussel, Symphonie n° 3, Bacchus et Ariane, suites d’orchestre n° 1 et 2. chez : Ondine

Un deuxième album Roussel est en projet chez Ondine.

Plus de détails

Paris, théâtre Mogador. Mercredi 28 et jeudi 29 septembre 2005 à 20h. Osvaldo Golijov (1960), Last Round, pour double orchestre à cordes (1996). Dimitri Chostakovitch (1906-1975), Concerto pour violoncelle et orchestre n° 1, en mi bémol majeur, opus 107 (soliste : Natalia Gutman). Piotr Ilyitch Tchaïkovski (1840-1893), Symphonie n° 4, en fa mineur, opus 36. Orchestre de Paris, direction : Miguel Harth-Bedoya.

Crédit photographique : DR

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.