Concerts, La Scène, Musique symphonique

Orchestre Philharmonique de Liège : stupéfaction belge à Paris

Plus de détails

Paris, théâtre des Champs-Élysées. 08-XI-2005. César Franck (1822-1890) : le Chasseur Maudit. Maurice Ravel (1875-1937) : Concerto en sol. Hector Berlioz (1803-1869) : Symphonie Fantastique. Claire-Marie Le Guay, piano. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Louis Langrée.

Disons-le franchement : pourquoi l’Orchestre Philharmonique de Liège est-il relativement peu connu? Une récente politique discographique fait que son nom apparaît dans les bacs des disquaires, mais la phalange de la première ville belge francophone est loin d’être un outsider face aux plus grands. La justesse d’ensemble est irréprochable, les cordes sont homogènes, les vents ont une couleur et une maestria digne des meilleurs orchestres français. D’ailleurs la France n’a jamais été éloignée…. Manuel Rosenthal et actuellement ont été ou sont à la tête de cet orchestre (un autre français, Pascal Rophé, va lui succéder), et le répertoire hexagonal est un de leurs fers de lance (comme en témoigne leur dernière parution consacrée aux symphonies de Franck et Chausson).

Le Chasseur maudit de est rarement donné. Œuvre de fin de vie, elle témoigne d’une aisance dans l’écriture orchestrale supérieure à la célébrissime Symphonie en ré. Brillante et exacerbée, avec de difficiles solos du pupitre de cors, elle constitue une idéale entrée en matière pour situer la qualité d’un orchestre. et ses troupes ne défaillent pas : l’exécution est exemplaire, riche en couleurs et sonorités, grandiloquent sans être pompier ou emphatique. Ces qualités sont mises en avant dans l’orchestration virtuose du Concerto en sol de Ravel. Pris à un tempo délirant, les solos de trompette, clarinette, piccolo, hautbois et basson du premier mouvement ruent dans les brancards et contrastent avec le piano rude et massif de . Sa vision de ce concerto est plutôt « brute de décoffrage », décoiffante, et l’inscrit en droite lignée dans l’héritage des pièces concertantes ébouriffantes de Liszt. De son côté Louis Langrée soigne et dose chaque sonorité, jusqu’à la toccata finale, véritable feu d’artifice orchestral.

Toutes ces qualités évidemment se retrouvent dans une Fantastique d’anthologie, où jamais l’orchestre berliozien n’avait sonné avec autant de sauvagerie. Si à l’avenir vous voyez l’Orchestre Philharmonique de Liège en concert près de chez vous, précipitez-vous!

CD de dans le Concerto en sol de Ravel, chroniqué sur ResMusica.

Crédit photographique © DR

Plus de détails

Paris, théâtre des Champs-Élysées. 08-XI-2005. César Franck (1822-1890) : le Chasseur Maudit. Maurice Ravel (1875-1937) : Concerto en sol. Hector Berlioz (1803-1869) : Symphonie Fantastique. Claire-Marie Le Guay, piano. Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Louis Langrée.

Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.