Banniere-ClefsResmu-ok

Radamisto en force et en style !

À emporter, CD, Musique d'ensemble, Opéra

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Radamisto HWV 12a. Joyce Di Donato, Radamisto ; Patricia Ciofi, Polissena ; Maite Beaumont, Zenobia ; Dominique Labelle, Fraarte ; Laura Cherici, Tigrane ; Zachary Stains, Tiridate ; Carlo Lepore, Farasmane. Il Complesso Barocco, direction : Alan Curtis. Enregistré en septembre 2003 au Palazzo Doria Pamphili, San Martino al Cimino. 3 CD Virgin Classics 7243 5 45673 2 2. CD’s 2h57’02. Notice : français, anglais et allemand. Livret : italien et anglais.

 

En 1710, Haendel arrive à Londres bien décidé à mettre de l’ordre dans les goûts du public de l’époque. Le maître de Halle souhaitait convertir les Londoniens aux préceptes de l’opéra italien original en lui faisant abandonner son attirance pour les pasticcios hybrides. Après quelques années de tâtonnements dont témoigne Rinaldo, partition géniale mais à cheval sur le style italien et le semi-opéra anglais, c’est en 1719 avec la fondation de la Royal Academy of Music que l’on observe la production pionnière d’une œuvre lyrique intégralement en langue italienne. La saison inaugurale ne vit que trois partitions se partager les honneurs de l’affiche : Numitore de Giovanni Porta, Narciso de Domenico Scarlatti et Radamisto dont la première se déroula le 27 avril 1720. Avec dix représentations, cette création, dédiée au roi George d’Angleterre fut le principal événement de saison. Ecrit sur une adaptation d’un livret de Domenico Lalli, L’amor tirannico rédigé en 1710 pour un spectacle du Teatro San Cassiano de Venise sur une musique de Francesco Gasparni, l’histoire est librement inspirée des Annales de la Rome Impériale de Tacite. L’opéra est rejoué la saison suivante avec une distribution qui incluait le célèbre castra Francesco Bernardi dit « il Senesino ». À cette occasion, Haendel modifia la partition pour s’adapter à ces nouveaux chanteurs. Cette seconde version enregistrée par Nicholas Mac Gegan (Harmonia Mundi) est souvent préférée à la version originale.

Cette œuvre qui peut être considérée comme le premier opéra séria de Haendel présente de nombreuses qualités mises en évidence par les présents interprètes. Les deux mezzos sopranos du couple titre Radamisto-Zenobia sont excellentes. qui fréquente assidûment Haendel, aidée par son timbre riche et frais, rend toutes les facettes de son personnage. La jeune espagnole (lire ici l’interview) assure avec style et vaillance son rôle qui culmine dans le superbe air « Deggio dunque, oh Dio, lasciarti ». Sa voix chaleureuse et corsée illumine cette partie qui est assurément la plus belle de l’ouvrage. En Polissena, Patricia Ciofi se joue des redoutables et virevoltantes difficultés de sa partie et l’engagement de cette tragédienne est total dans sa situation d’épouse délaissée. On sera plus réservé sur Zachary Stains, chanteur au timbre assez désagréable qui a tendance à en faire trop au risque de rendre son personnage de méchant caricatural. Le reste de la distribution assure avec qualités ses rôles : Dominique Labelle, et Laura Cherici. A la tête de son ensemble , le chef dirige à l’anglaise, c’est rapide, assez raide et très sec. On peut certes trouver qu’il manque d’engagement et de sensualité latine, mais sa direction toute de rigueur et de style rend pleinement justice à cette partition. Ce coffret servi par une superbe prise de son n’a pas grand peine à reléguer au rang des souvenirs l’enregistrement archéologique (1960) et en allemand de Horst-Tanu Magraf et ses forces du festival Haendel de Halle (Berlin Classics).

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.