À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Claude Debussy par Jean-Pierre Armengaud, les couleurs du noir et blanc

Plus de détails

Claude Debussy (1862-1918) : Intégrale de l’œuvre pour piano solo. Jean-Pierre Armengaud, piano. 4 CD Arts Music 45756-2, 45757-2, 45758-2 et 45759-2. Enregistré entre 1999 et 2004. Notices trilingues (anglais-français-allemand). TT : ca 70’00’’par volume.

 

Une intégrale de plus pourrait-on dire… Chaque interprète y va de sa nouveauté : pièces inédites, esquisses reconstituées, adaptations d’œuvres orchestrales pour le clavier par le compositeur lui-même, visions analytiques, etc… ne va pas si loin. Bien sûr il profite de l’immense travail de réédition initié par François Lesure de l’œuvre de Debussy, y ajoutant quelques inédits tels Les soirs qu’illuminait par l’ardeur du charbon, considéré comme le 25ème prélude (curieusement dans le récent enregistrement des Préludes par Evgeni Koroliov le titre est légèrement différent, et de surcroît les deux versions se vantent d’en être les premières mondiales au disque…) ou l’Etude oubliée (13ème étude). Les nombreuses autres pièces laissées à l’état d’esquisse par Debussy ne sont pas dans cette intégrale. Le propos d’Armengaud à ce niveau est clair : il ne veut pas faire œuvre de musicologie, mais se sert de cette science qui se met à la disposition de l’interprète. Il n’a pas jugé utile d’enregistrer les particelles ou œuvrettes mineures de circonstance sous prétexte d’exhaustivité : cette intégrale doit être formée de pièces éditées et susceptibles d’être jouées en concert. Exit aussi les quatre mains et deux pianos : a voulu ne faire que l’œuvre pour piano seul (contrairement à son intégrale Satie, faite avec l’aide de Dominique Merlet, 5 CD Mandala).

Au-delà de ces considérations éditoriales, qu’est-ce qui différencie cette intégrale d’une autre? Jean-Pierre Armengaud nous livre une interprétation où domine la couleur. Qu’importe si tel trait ne sonne pas «propre», si les battements du trille initial de l’Isle Joyeuse ne sont pas clairement perceptibles : l’impression doit rester le maître-mot, prenant le contre-pied d’une lecture trop analytique. Si cette interprétation sied parfaitement aux Préludes, aux Images ou aux pièces de jeunesse (Suite Bergamasque, Rêverie, Deux Arabesques …) elle montre ses limites dans les Etudes, où la clarté de l’articulation doit être primordiale.

Malgré ce dernier petit défaut l’intégrale Debussy par Jean-Pierre Armengaud est tout à fait honnête et recommandable, et figure en bonne place pour concurrencer celles d’Aldo Ciccolini (5 CD Emi Classics, mais trop ancienne pour avoir bénéficié de la réédition Lesure), Paul Crossley ( lecture très analytique, 7 CD Brilliant Classics car couplés avec une intégrale Ravel par Gordon Fergus-Thomson) ou François-Joël Thiollier (5 CD Naxos), toutes proposées en coffret à prix économique.

(Visited 464 times, 1 visits today)

Plus de détails

Claude Debussy (1862-1918) : Intégrale de l’œuvre pour piano solo. Jean-Pierre Armengaud, piano. 4 CD Arts Music 45756-2, 45757-2, 45758-2 et 45759-2. Enregistré entre 1999 et 2004. Notices trilingues (anglais-français-allemand). TT : ca 70’00’’par volume.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.