Mademoiselle Bessy ou la force du destin

À emporter, Danse , Musique et cinéma

Claude Bessy, Danseuse Etoile et ancienne Directrice de l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris de 1942 à 2004. Mademoiselle Bessy ou la force du destin. Documentaire réalisé par Nicolas Ribowski. Durée : 52 minutes. 2002

 

Mezzo

, dont nous avons évoqué la carrière à l’occasion d’un livre qu’elle a récemment écrit (voir l’article), est le sujet principal de ce documentaire où figurent les hommages d’anciens élèves devenus depuis Danseur Etoile ou Premier Danseur, de collègues, de Maurice Béjart qui revient sur sa longue complicité avec , et l’on peut voir également des enregistrements de la danseuse avec Gene Kelly ou Cyril Atanassoff, dans le ballet Pas de Dieux. Avec émotion, elle parcourt le Palais Garnier, en évoquant les souvenirs qu’elle a eus dans cette fabuleuse institution : la figurante qui regardait les spectacles à partir des cintres, dans la chaleur des lumières éclairant le plateau, sa collaboration avec Maurice Béjart dans le Boléro en 1970. Comme fil conducteur les répétitions du Concours de Béjart, où Claude Bessy joue le rôle de Miss Maud, elle évoque très sincèrement le désarroi dans lequel elle était après le décès de son mari, Serge Golovine, et combien la force de ses « enfants », les petits rats de l’Opéra devenus adultes et désormais collègues, lui a été précieuse. Cette épreuve lui a permis de découvrir autrement ceux qu’elle a formés, en créant entre eux de nouveaux liens d’attachement. En accord avec Maurice Béjart, elle acquiesce quand celui-ci confesse que leur plus grande force est de travailler toujours avec des jeunes.

Désirant offrir un portrait complet et nuancé, elle revient sur ses années à l’American Ballet, son travail avec Gene Kelly, un de ses rôles préférés, Phèdre, mais également les années d’abnégation et de souffrance pour atteindre le plus haut point. Elle confie la haine et l’incompréhension qu’elle a ressenties à l’arrêt de sa carrière, et la sauvagerie avec laquelle elle a été remerciée. Elle fut nommée Etoile à l’occasion de l’Atlantide, qu’elle a sauvé du naufrage en assurant le rôle que Ludmila Tchérina refusait de danser avec les costumes imposés par la Direction de l’Opéra. Nous la voyons ici, toujours Etoile, dans un de ses derniers rôles probablement, qui est aussi celui qu’elle a joué dans la vie : la professeure de danse qui enseigne avec amour et dureté, mais toujours avec humanité. Ce documentaire est un bel hommage à une femme à la force de vivre hors du commun (et notamment le courage après son terrible accident de voiture qui lui avait causé de multiples fractures), une soif de connaissance permanente et l’amour du travail.

Diffusions le 12 à 22h40, le 13 à 15h35, le 17 à 15h20, le 23 à 17h35 et le 25 mars 2006 à 4h40

Crédit photographique : © Icare

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.