À emporter, CD, Musique symphonique

Classiques de l’excellence

Plus de détails

Igor Stravinsky (1882-1971), Petrouchka (version de 1947) burlesque en quatre mouvements ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943), Danses symphoniques, Op. 45. Orchestre royal du Concertgebouw, direction : Mariss Jansons. 1 SACD Hybride RCO Live. Référence RCO 05004. Enregistré en public au Concertgebouw d’Amsterdam les 23, 31 octobre 2004 et 4 février 2005 (Stravinsky), 22, 23 et 25 décembre (Rachmaninov). Notice de présentation en anglais, allemand, français et néerlandais. Durée : 69’21

 

rco_stravinsky_2006-300x296Ce volume du label autoproduit par l’orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam nous présente deux chevaux de bataille du chef d’orchestre  : Petrouchka de Stravinsky et les Danses symphoniques de Rachmaninov. On attendait beaucoup de cet album car le chef d’orchestre met souvent le feu aux salles de concerts avec ces partitions qu’il connaît comme sa poche.

Malheureusement donné dans sa version de 1947, moins complète que la partition originale de 1911, la suite de Petrouchka est un grand moment d’orchestre. Les différents solos des vents et des cuivres sont magnifiques alors que la dynamique et la précision d’ensemble font merveille dans les tutti. Jansons fait de la musique pour de la musique, mais il a parfois tendance à maniérer son propos à l’aide de ralentis un peu exagérés et à jouer de l’orchestre avec ses solistes. Cette réserve ne doit pourtant pas gâcher une interprétation jubilatoire de ce célèbre ballet qui se hisse aux sommets de la discographie pour cette édition de 1947.

On monte d’un cran avec les célèbres Danses Symphoniques de Rachmaninov. s’est toujours affirmé comme un immense serviteur du maître russe et son anthologie de ses œuvres symphoniques (EMI) reste l’une des plus solides références aux côtés des enregistrements du grand Evgueni Svetlanov (Melodyia et Canyon). Son interprétation de ce dernier opus de Rachmaninov concilie la virtuosité de l’orchestre avec le ton nostalgique et romantique d’un émigré aux créations incomprises sur le sol américain. La vision du chef est renforcée par l’excellence des pupitres de la formation batave qui font une véritable démonstration de leur potentiel. À l’inverse d’autres volumes de la série, la prise de son est très réussie et elle offre une belle restitution des timbres de la phalange. Dans un couplage « russe » aussi inédit qu’intelligent, ce disque a de beaux jours devant lui.

Plus de détails

Igor Stravinsky (1882-1971), Petrouchka (version de 1947) burlesque en quatre mouvements ; Sergueï Rachmaninov (1873-1943), Danses symphoniques, Op. 45. Orchestre royal du Concertgebouw, direction : Mariss Jansons. 1 SACD Hybride RCO Live. Référence RCO 05004. Enregistré en public au Concertgebouw d’Amsterdam les 23, 31 octobre 2004 et 4 février 2005 (Stravinsky), 22, 23 et 25 décembre (Rachmaninov). Notice de présentation en anglais, allemand, français et néerlandais. Durée : 69’21

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.