À emporter, Biographies, Livre

Georges Enesco, virtuose et compositeur

Plus de détails

Georges Enesco. Alain Cophignon. Edition Fayard. 692 pages. Prix indicatif France : 30€. N° ISBN 2-213-62321-X. Dépôt légal 2006.

 

Les Clefs ResMusica

Né en 1881, traverse le XXe siècle en étant l’un des musiciens les plus reconnus et respectés de son temps. Violoniste virtuose entre autre, il sera le Maître de Yehudi Menuhin, Dinu Lipatti ou Ivry Gitlis.

Admiré par les plus grands, il est amicalement jalousé par Cortot ou Casals pour sa mémoire exceptionnelle qui lui permet d’exécuter une création sans avoir besoin du soutien de la partition dans sa direction en tant que chef d’orchestre. Pour entendre encore ce jeu si subtil et si personnel, la discographie d’Ivry Gitlis donnera une bonne référence vivante de ce que le Maître a pu insuffler à ses élèves sur le plan violonistique. Sa vie sentimentale défraye aussi la chronique avec ses relations mondaines et royales qui lui donnent un statut particulier, sans l’épargner pour autant… Après les années fastes, l’histoire l’oblige à s’exiler définitivement de sa Roumanie natale en 1946. Artiste international, il choisira la France comme terre d’accueil.

L’année 2006 nous permet de découvrir – pour l’anniversaire de sa disparition – l’ouvrage de référence qui manquait sur la vie et surtout sur l’œuvre du compositeur. Parsemé d’anecdotes inédites, nous parcourons le livre d’Alain Cophignon en étant au plus près d’un des musiciens les plus emblématiques du XXe siècle. Personne n’oublie évidemment ses pièces pour violons, mais la découverte d’un catalogue de plusieurs symphonies, d’œuvres pour chœur et toutes instrumentations que nous ne connaissons pas attire notre attention. Elève de Massenet et de Fauré, il reste – à l’heure actuelle – un des compositeurs les plus méconnus de ce siècle alors que toute sa génération reconnaît son talent et son génie.

Son opéra – Œdipe – l’occupa durant plus de dix ans ! Aurait-il rythmé toute sa vie de compositeur sur cette œuvre ? Malheureusement, peu de maison d’opéra ou de disque oseront investir dans cette œuvre magistrale. Un enregistrement dans les années 50 par les forces de l’Opéra de Paris, un dans les 60 par l’Opéra de Bucarest et en 1989 chez EMI avec José Van Dam (non réédité) nous laisse frustrés. Il aura fallu attendre cette année 2006 pour découvrir chez Naxos une interprétation de grande qualité (lire la chronique de Vincent Deloge), un chapitre fort dense y est réservé à Œdipe.

Pour comprendre de façon littéraire le monde d’Enesco pourquoi ne pas relire les chefs d’œuvre de Panaït Istrati comme Kira Kiralina ? Nous pouvons imaginer que aurait voulu dans ses rêves être le fameux Adrien Zograffi

Alain Cophignon est le spécialiste de Georges Enesco, auteur de la thèse «L’œuvre musicale de G. Enesco et sa pensée du destin», il est aussi le fondateur de la Société Musicale Française Georges Enesco. Qui d’autre aurait pu écrire cet ouvrage de référence ? Enesco méritait ce livre. Casals ne s’était pas trompé en disant de lui «c’est le plus étonnant génie musical depuis Mozart». Les éditions Fayard l’ont compris, le résultat est évidemment au rendez-vous !

(Visited 509 times, 1 visits today)

Plus de détails

Georges Enesco. Alain Cophignon. Edition Fayard. 692 pages. Prix indicatif France : 30€. N° ISBN 2-213-62321-X. Dépôt légal 2006.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.