À emporter, CD, Musique d'ensemble

Isang Yun, de l’Allemagne à la Corée

Plus de détails

Isang Yun (1917-1995) : Symphonie de chambre n° 1 ; Tapis pour cordes ; Gong-Hu pour harpe et cordes. Rana Park, harpe, Ensemble de chambre coréen, direction : Piotr Borkowski. 1 CD Naxos 557938 (distribution Integral Classic). Enregistré dans la salle de concert de l’Université de Séoul, du 24 au 26 août 2005. DDD. Notice bilingue : anglais et allemand. Durée : 61’03

 

. Sa vie relève pratiquement du roman d’aventure ! Emprisonné pour activité anti-nippone en 1943, ce coréen se cache pendant la guerre puis participe à la reconstruction de la vie culturelle de son pays après la fin de l’occupation japonaise. Il enseigne la musique d’abord en province puis, après la Guerre de Corée (1953), il professe la composition à l’Université de Séoul.

Grâce à une bourse (1955), il part étudier en Europe. Ce sera au Conservatoire de Paris puis à Berlin et à Darmstadt. Il passe plusieurs années à Berlin avant d’être enlevé et emmené à Séoul et emprisonné pour le motif fallacieux d’activité communiste (1967). Innocenté deux ans plus tard, il retourne vivre à Berlin mais ne sera amnistié qu’en 1970 ! Il réside ensuite en Allemagne, y enseigne la composition et reçoit le titre de professeur en 1973. Sa musique bénéficie d’une heureuse synthèse visant à enrichir la musique coréenne d’apports occidentaux, un alliage savant de deux traditions séculaires non antinomiques à ses yeux. Son catalogue porte donc la marque d’une tentative de mariage individuelle et personnelle entre la musique traditionnelle extrême-orientale et les récentes acquisitions de la musique occidentale. Naxos nous invite pour l’occasion à découvrir trois œuvres orchestrales de la grande maturité de puisque composées vers l’âge de 70 ans.

L’Ensemble de chambre coréen placé sous la direction précise et compréhensive (il a longtemps vécu et travaillé en Corée) du chef polonais se hisse au niveau des meilleures phalanges du genre tant au plan de la qualité instrumentale qu’à celui de l’interprétation proprement dite. C’est un atout majeur pour garantir la meilleure diffusion possible de l’œuvre de ce compositeur encore bien méconnu. La Symphonie de chambre I (1987) s’inscrit aisément dans la tradition au plan de l’effectif tout en assimilant habilement les possibilités offertes par une riche ornementation, des quarts de tons, des cordes divisées et des schémas dynamiques individuels… le tout au profit d’une structure homogène singulière. Tapis pour cordes (en français) date de la même année et illustre typiquement la synthèse orient-occident évoquée plus haut. , élève de la Juilliard School, s’investit totalement dans la défense de Gong-Hu pour harpe et cordes (1984), pièce virtuose certes mais également sensible, intéressante et parfois même séduisante.

Plus de détails

Isang Yun (1917-1995) : Symphonie de chambre n° 1 ; Tapis pour cordes ; Gong-Hu pour harpe et cordes. Rana Park, harpe, Ensemble de chambre coréen, direction : Piotr Borkowski. 1 CD Naxos 557938 (distribution Integral Classic). Enregistré dans la salle de concert de l’Université de Séoul, du 24 au 26 août 2005. DDD. Notice bilingue : anglais et allemand. Durée : 61’03

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.