À emporter, Opéra, Vidéo, Vidéo Musique

Montserrat Caballé et Marilyn Horne, magie des voix et pompe à fric

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : extrait de Bajazet. Giaccomo Meyerbeer (1791-1864) : extrait des Huguenots. Saverio Mercadante (1795-1870) : extrait de Le due illustri rivali. Gioacchino Rossini (1792-1868) : extraits de Tancredi, Semiramide, La donna del lago. Georg Friderich Haendel (1685-1857) : extraits de Rodelinda, Giulio Cesare. Giacomo Puccini (1858-1924) : extrait de Gianni Schicchi. Jacques Offenbach (1819-1880) : extrait des Contes d’Hoffmann. Montserrat Caballé, soprano, Marilyn Horne, mezzo-soprano. Orchestre de la Radio de Munich, direction : Nicola Rescigno. Réalisation Helmut Rost. Enregistré en 1990 au Philharmonie Hall de Munich. Sous titrages en anglais, allemand, espagnol, français, italien, portugais. 1DVD Warner Music Vision 50-51011-2772-2-1. Zones 2, 3, 4, 5. Durée 88 minutes.

 

Avec ce DVD, Warner nous offre la retransmission de…de quoi au juste ? De quel concert s’agit-il ? Dire que la plaquette d’accompagnement est inexistante pourrait laisser croire que son contenu est spartiate, mais non, il faut lire la phrase au premier degré, il n’y a aucune plaquette de présentation ! Tout au plus lit-on sur la jaquette : «Two gala concerts, Evviva belcanto & Le grande primadonne». Il pourrait donc s’agir de la diffusion de deux concerts différents, si ce n’est que l’unité de lieu (Philharmonie Hall, Munich) de temps (une seule date, 1990) d’orchestre (The Munich radio orchestra), de chef (Nicola Rescigno) est vraiment troublante. Et puis, les robes de ces dames (bleu électrique ou vert chou pour , noire brodée aux manches ou noire brodée devant pour ) passent allégrement d’une partie à l’autre, ce qui laisserait à penser que non seulement nos cantatrices ont manqué de goût au point d’utiliser les mêmes vêtements pour deux concerts différents, mais qu’en plus elles sont capables de changer de costume à une allure plus rapide que les girls du Lido !

De même, certains morceaux ne sont pas annoncés, comme s’ils étaient inscrits dans le programme, d’autres, en plein milieu, le sont, comme s’il s’agissait de bis, les fleurs dans les mains des cantatrices sont différentes d’un plan à l’autre… Bref, risquons une déduction digne de Sherlock Holmes, il s’agit d’un seul et même concert diffusé en deux fois à la télévision allemande et repris tel quel en DVD. Sans doute était-il impossible de faire autrement, mais un concert, c’est aussi une ambiance, c’est l’excitation du public qui monte au fur et à mesure que les voix, de plus en plus chauffées, s’autorisent plus de liberté, plus d’audace, plus de présence. Une ambiance donnée dans le désordre, si l’on ose dire, n’est plus une ambiance.

Quelques plans sont en revanche supposés plaire aux adorateurs des divas : fait retoucher son maquillage, prépare une aspirine, les deux prennent leurs valises à l’aéroport (sans doute débarquent-elles sur le tarmac à la même heure ? On s’attend presque à les voir tomber dans les bras l’une de l’autre !). Passons sur ces images d’une rare inanité … Ces considérations établies, calons-nous dans notre fauteuil et laissons-nous aller au plaisir d’entendre deux des voix les plus belles et les plus excitantes d’une époque qui appartient hélas déjà au passé. C’est un petit peu tard pour , le souffle est vraiment court et on entend quelques aigus aléatoires, mais les impalpables piani sont toujours présents, et son «Dove sei, amato bene ?» extrait de Rodelinda de Haendel est vraiment poignant. La voix de Marilyn Horne en revanche, est comme l’acier, inoxydable. Son Tancredi soutient sans problème la comparaison avec l’enregistrement de 1983 chez Sony.

Le programme, pour notre plus grand plaisir, est en effet consacré au Bel Canto : Vivaldi, Mercadante, Haendel, Rossini, avec bien entendu les indéboulonnables duos de Semiramide, qu’on attend de ces dames dès qu’elles sont réunies, depuis ce légendaire soir d’Aix-en-Provence. En bis supposé, nos divas entament leurs chevaux de bataille préférés : le Rondo du Page des Huguenots pour Marilyn Horne, «O mio babbino caro» pour Montserrat Caballé, et jolie surprise, la Barcarolle des Contes d’Hoffmann.

Entendre Marilyn Horne et Montserrat Caballé est toujours un plaisir, même dans des conditions peu satisfaisantes, et nous savons que tout amoureux de l’une ou de l’autre se précipitera sur ce DVD. Mais quand même, si l’on imagine que Warner n’a pas pu faire grand chose quant au concert donné dans le désordre et aux images démagogues, l’absence de plaquette, la chicheté du minutage (88 minutes) et l’absence de bonus (qu’on ne fasse pas croire qu’il n’existe pas dans les archives d’autres récitals de l’une ou de l’autre !) laisseraient imaginer qu’on prend les mélomanes pour des incultes et l’acheteur pour un cochon de payant.

Plus de détails

Antonio Vivaldi (1678-1741) : extrait de Bajazet. Giaccomo Meyerbeer (1791-1864) : extrait des Huguenots. Saverio Mercadante (1795-1870) : extrait de Le due illustri rivali. Gioacchino Rossini (1792-1868) : extraits de Tancredi, Semiramide, La donna del lago. Georg Friderich Haendel (1685-1857) : extraits de Rodelinda, Giulio Cesare. Giacomo Puccini (1858-1924) : extrait de Gianni Schicchi. Jacques Offenbach (1819-1880) : extrait des Contes d’Hoffmann. Montserrat Caballé, soprano, Marilyn Horne, mezzo-soprano. Orchestre de la Radio de Munich, direction : Nicola Rescigno. Réalisation Helmut Rost. Enregistré en 1990 au Philharmonie Hall de Munich. Sous titrages en anglais, allemand, espagnol, français, italien, portugais. 1DVD Warner Music Vision 50-51011-2772-2-1. Zones 2, 3, 4, 5. Durée 88 minutes.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.