À emporter, Audio, Opéra

Les débuts de Plácido Domingo en Edgar

Plus de détails

Giacomo Puccini (1858-1924) : Edgar (version remaniée de 1905). Plácido Domingo, Edgar ; Adrianna Damato, Fidelia ; Marianne Cornetti, Tigrana ; Juan Pons, Frank ; Rafal Siwek, Gualtiero. Coro e Orchestra dell’Academia Nazionale di Santa Cecilia, direction : Alberto Veronesi. 2 CD Deutsche Gramophon. Référence : 00289 4776102. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Texte chanté en italien, allemand, anglais et français. Enregistré en juin 2005 au Parco della Musica de Rome. Durée : 82’28

 

Deuxième opéra de , Edgar reste une œuvre mal aimée. Il faut reconnaître qu’en dépit de ses qualités musicales, l’œuvre est plus que bancale. Le plus gros problème reste une histoire peu convaincante basée sur un livret abracadabrantesque. Après la réussite du Villi, le librettiste Ferdinando Fontana proposa à Puccini de tirer un opéra d’une pièce de Musset : La Coupe et les Lèvres. Cette pièce mal ficelée mais qui fit forte impression sur nos deux hommes contait les hésitations sentimentales de Frank (devenu Edgar dans l’opéra) entre l’amour sincère de Déidama et celui plus machiavélique de la courtisane Monna Belcore. Homme de lettre plutôt laborieux, Fontana s’emmêla les pieds dans son adaptation, rebaptisant les personnages et boursouflant l’action. Créée en 1889 à la Scala de Milan, l’œuvre reçut un accueil glacial et ne resta à l’affiche que pour trois représentations. Puccini congédia définitivement Fontana et tenta à plusieurs reprises de retravailler son œuvre en la réduisant à trois actes et en transposant le rôle de Tigrana au registre de mezzo soprano. La version définitive fut donnée à Buenos Aires en 1905. En dépit de son livret, la partition présente de superbes passages dont le « faux » requiem de l’acte III dirigé par Toscanini aux funérailles du compositeur.

La discographie de l’œuvre est des plus minces et il est d’ailleurs frappant de constater qu’il n’existe aucun enregistrement de la version originale. Seules la seconde version de 1892 et celle de 1905 connaissent les honneurs du disque. Pour cette édition 1905, il fallait jusqu’alors se baser sur un enregistrement CBS-Sony de 1977 où Eve Queler dirige plutôt mal une belle équipe de chanteurs dont émergent Renata Scotto et Carlo Bergonzi. Le présent enregistrement studio est justifié par la prise de rôle tardive de en Edgar. Témoin des grosses difficultés des multinationales à enregistrer des intégrales d’opéra, ce coffret multi sponsorisé, semble être un compromis entre une star, des chanteurs réputés mais assez fanés et une débutante ; le tout pour un résultat intéressant mais dont on espérait autre chose. Le gros point faible de cette entreprise réside dans la direction d’Alfredo Veronesi. L’actuel directeur du Festival Puccini de Torre del Lago réussit à animer le discours, mais il force l’élan dramatique avec des plâtrées de cuivres d’un rare mauvais goût tandis qu’il semble confondre trop facilement le jeune Puccini avec un compositeur du vérisme sentimental le moins inspiré.

La distribution est évidement dominée par le célèbre grand ténor. Certes le timbre et l’éclat de la voix ne sont plus aussi impressionnants que par le passé, mais la musicalité et la conduite du chant restent absolument souveraines. On ne peut hélas pas en dire autant du vétéran dont la voix apparaît aussi instable que grisonnante. Lauréate de la compétition Operalia 2003, la jeune soprano Adrianna Damato livre une solide prestation mais on cherchera en vain un quelconque charisme chez cette chanteuse pourtant promise à un bel avenir. La mezzo soprano Marianne Cornetti possède les moyens et la personnalité pour interpréter Tigrana mais là aussi l’engagement vocal ne peut masquer un timbre assez éraillé et un vibrato déplaisant. Les chœurs de l’Académie Sainte Cécile sont vaillants mais un peu trop braillards. Il faut également regretter une prise de son matte, qui manque de relief et de présence.

(Visited 204 times, 1 visits today)

Plus de détails

Giacomo Puccini (1858-1924) : Edgar (version remaniée de 1905). Plácido Domingo, Edgar ; Adrianna Damato, Fidelia ; Marianne Cornetti, Tigrana ; Juan Pons, Frank ; Rafal Siwek, Gualtiero. Coro e Orchestra dell’Academia Nazionale di Santa Cecilia, direction : Alberto Veronesi. 2 CD Deutsche Gramophon. Référence : 00289 4776102. Notice de présentation en anglais, allemand et français. Texte chanté en italien, allemand, anglais et français. Enregistré en juin 2005 au Parco della Musica de Rome. Durée : 82’28

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.