Plus de détails

Prades. Eglise Saint-Pierre. 30-VII-2006. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonates d’église. Andres Mustonen, violon ; Fristel Eeroja_Poldoja, violon ; Imre Eenma, contrebasse ; Ivo Sillamaa, orgue.

Festival de Prades

Pour le traditionnel concert du Dimanche à l’Eglise Saint Pierre de Prades, Michel Lethiec avait invité le violoniste et chef d’orchestre estonien qui se produisait, ce soir, avec trois de ses partenaires autour de l’orgue – et malgré l’inconfort de la tribune – pour nous faire découvrir quatorze Sonates d’Eglise de Mozart, toutes écrites pendant la période salzbourgeoise du compositeur. Fasciné par la musique contemporaine dans ses jeunes années de formation, opère un virage radical vers la musique ancienne et chrétienne dans les années 70 et fonde en 1972 l’ensemble Hortus Musicus très vite remarqué pour la qualité de ses interprétations. Les Sonates d’église à deux violons que l’on entendait ce soir sont des pièces en un seul mouvement – et toutes écrites dans des tonalités majeures – que l’on jouait dans la Cathédrale de Salzbourg au cours des offices, avant l’offertoire ou la communion. C’était l’occasion pour le jeune Mozart qui les compose entre 16 et 24 ans de faire valoir ses talents de compositeur et de briller auprès de l’archevêque dont il est encore le serviteur obligé : une musique éclatante donc qu’on imagine sans peine jaillir de la plume du musicien avec le plaisir de l’invention et le désir d’en remontrer à cette aristocratie dont il va bientôt prendre congé.

Toutes ces Sonates d’église se conforment peu ou prou au modèle de la forme sonate bi-thématique où se profile parfois l’esquisse d’un fugato, cette écriture que Mozart va bientôt approfondir grâce aux manuscrits de Bach. Au côté de la contrebasse, l’orgue est ici l’instrument de soutien dans l’esprit de la basse continue sauf lorsque Mozart décide de le mettre en valeur – c’est le cas du K. 336 – en écrivant un véritable mouvement de concerto.

L’église de Prades semblait ce soir l’écrin idéal pour mettre en valeur ces courtes pièces entretenant le plaisir de l’écoute et la variété du discours. Tel est bien le défi relevé par les quatre interprètes dont l’enthousiasme et le rayonnement furent d’emblée communicatifs. Avec une étonnante mobilité d’archet et un commun élan prodigué durant tout le concert avec la même générosité, ils ont fait vivre cette musique dont la fraîcheur juvénile, la spontanéité et le naturel s’offraient à nous avec la grâce et l’évidence du génie.

Crédit photographique : © Arto Tulima

(Visited 51 times, 1 visits today)

Plus de détails

Prades. Eglise Saint-Pierre. 30-VII-2006. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonates d’église. Andres Mustonen, violon ; Fristel Eeroja_Poldoja, violon ; Imre Eenma, contrebasse ; Ivo Sillamaa, orgue.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.