Plus de détails

Johann Gottlieb Naumann (1741-1801) : La Betulia liberata. Markus Schäfer, Ozia ; Nele Gramß, Giuditta ; Salomé Haller, Amital ; Harry van der Kamp, Achior ; Hans Jörg Mammel, Carmi. Rheinische Kantorei ; Das Kleine Konzert, direction : Hermann Max. 2 SACD compatibles CD CPO 777 063-2. Enregistré du 23 au 28 avril 2004. DDD multi-canal. Texte de présentation en allemand, anglais et français (bon, mais livret non traduit, seulement résumé en français). Durée : 95’31.

 

Créé en 1805, mais sans doute composé dix ans plus tôt (à l’écoute on aurait parié pour cinquante ans au moins !), cet oratorio de sur un livret de Métastase déjà abondamment illustré par des prédécesseurs plus connus, dont Mozart, a dû paraître alors un dinosaure sorti des temps anciens. On n’ose pas imaginer, en effet, les réactions du public dresdois, qui pouvait à la même époque entendre l’Héroïque de Beethoven ou les oratorios de Haydn et aura dans quelques années Weber puis Wagner comme Kapellmeister, face à cette chose fanée et poussiéreuse. Car l’œuvre paraît insipide – enfilade d’airs sans aucune substance à l’harmonie prévisible – et anachronique, alors qu’on sait par ailleurs l’importance du compositeur dans la vie musicale du temps.

Mais cela tient sans doute pour une large part aux faiblesses de l’équipe réunie. Le timbre de Markus Schäfer est désagréablement nasal, son aigu très tendu et Harry van der Kamp semble bien fatigué – mais au moins chantent-ils juste. Car l’intonation des femmes est souvent pénible, la fausseté de touche même à l’atterrant. La direction d’Hermann Max est soignée mais utilitaire, sans énergie ou caractère bien affirmé.

C’est une fatalité de la manie d’exhumation que de ramener de temps à autre à la surface de copieux rogatons. Mais, faute d’une interprétation convaincante, il est même difficile de juger de l’intérêt de la partition et l’on aurait préféré découvrir un opéra de ce compositeur qui passe pour avoir influencé Weber, avec des chanteurs à la hauteur. Sauf à vouloir faire pénitence avec cette Judith, il est conseillé de s’abstenir.

Plus de détails

Johann Gottlieb Naumann (1741-1801) : La Betulia liberata. Markus Schäfer, Ozia ; Nele Gramß, Giuditta ; Salomé Haller, Amital ; Harry van der Kamp, Achior ; Hans Jörg Mammel, Carmi. Rheinische Kantorei ; Das Kleine Konzert, direction : Hermann Max. 2 SACD compatibles CD CPO 777 063-2. Enregistré du 23 au 28 avril 2004. DDD multi-canal. Texte de présentation en allemand, anglais et français (bon, mais livret non traduit, seulement résumé en français). Durée : 95’31.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.